Ansar al Haqq  



Épîtres et documents


/!\ Nouveautés /!\


Assalâmou 'alaykoum wa Marhaban bikoum sur le forum Ansar al Haqq. Ce forum est ouvert à toute personne désirant acquérir de modestes connaissances sur la religion authentique de l'Islam. La Da'wah - prêche - du forum Ansar al Haqq est avant tout d’appeler les gens au Tawhid et à la Profession de Foi des Gens de la Sunnah et du Consensus avec la compréhension des Salaf as-Salih - les Pieux Prédécesseurs -. Nous recherchons par le moyen de ce forum à propager la science - comme l’ont compris et transmis les Pieux Prédécesseurs - ainsi que les paroles des savants biens guidés.

Revenir en arrière   Ansar al Haqq > Dogme Islamique > 'Aqīdah et Tawhīd

'Aqīdah et Tawhīd Le Tawhīd est la base sur laquelle la religion droite (al-Milatu al-Hanifiya) a été établie. Ainsi, se concentrer dessus signifie se concentrer sur la base (de la religion).

Répondre
 
Outils du sujet
  #1  
Ancien 23-01-07, 14:57
Oum Majda
Invité
 
Messages: n/a
Par défaut Juger par les lois humaines et délaisser le Coran et la sounnah

http://www.ibnothaimeen.com/publish/cat_index_144.shtml

(lien direct )

http://www.binothaimeen.com/sound/sn...1/A0071-23A.rm

Traductions en francais de laudio :

Juger par les lois humaines et délaisser le Coran et la sounnah

Par le savant Mouhammad ibn Sâlih Al 'Outheymîn, qu'Allah lui fasse miséricorde.


بسم الله الرحمن الرحيم
و به نستعين و لا حول و لا قوّة إلا بالله العلي العظيم






Dans son commentaire sur Ryâdh Sâlihîn de l’imâm Nawawî, dans le chapitre 16 :
«الأمر بالمحافظة على السنة و آدابها » « L’ordre de sauvegarder la sounnah et ses règles de comportement. » volume 1 p 508-509, aux éditions « dâr al ‘aqida », l’imâm Mouhammad ibn Sâlih Al ‘Outheymîn dit :








« Nous disons : vraiment, ceux qui aujourd’hui jugent avec les lois inventées par les hommes, et abandonnent derrière eux le livre d’Allah et la sounnah du messager –salla llahou ‘alayhi wa sallam- ne sont pas croyants, d’après la parole d’Allah ta‘âlâ « Non!... Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu'ils ne t'auront demandé de juger de leurs disputes » et de la parole d’Allah « Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah à fait descendre, ceux-là sont les mécréants. »(sourate 5 verset 44). Ces gens qui jugent avec les lois inventées par les hommes ne le font pas dans un cas particulier, dans le-quel ils contredisent le Coran et la sounnah à cause de la passion et par injustice, mais ils ont bel et bien échangé la religion contre ces lois humaines, ils ont mit ces lois humaines à la place de la loi islamique, et ceci est mécréance, et ce même s’ils prient et jeûnent et donnent l’aumône et font le pèlerinage, ce sont des mécréants. Tant qu’ils échangent la loi d’Allah –alors qu’ils connaissent la loi d’Allah- contre ces lois humaines qui contredisent la loi d’Allah :

« Non!... Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu'ils ne t'auront demandé de juger de leurs disputes et qu'ils n'auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu'ils se soumettent complètement.»
(sourate 4 verset 65)


Ne t’étonne donc pas si nous disons : Vraiment, celui qui échange la loi d’Allah pour autre qu’elle parmi les lois humaines, il devient mécréant même s’il jeûne et prie, et ce car la mécréance envers une partie du Coran est la mécréance en tout le Coran, la loi islamique ne se divise pas en parties ; soit tu crois tout le Coran, soit tu en es complètement mécréant. Si tu crois en une partie et que tu es mécréant en une autre partie, tu es un mécréant en le tout, car tu es dans le cas où tu dis « Je crois en ce qui plait à mes désirs. » Quant à ce qui contredit tes désirs, tu n’y crois pas, et ceci est la mécréance en soit, en faisant cela tu suis ton désir, et tu prends ton désir pour divinité en dehors d’Allah.

Nous concluons de cela que ce sujet est extrêmement dangereux, et des plus dangereux pour le cas des dirigeants des musulmans aujourd’hui, ils ont mit les lois humaines qui contredisent la loi islamique alors qu’ils connaissent la loi islamique, mais ils l’ont mis –qu’Allah nous protège- suivant les ennemis de l’islam parmi les mécréants qui ont légiféré ces lois, que les gens ont utilisé.

Et ce qui est étonnant, c’est le bas niveau de science de ceux-là et la faiblesse de leur religion, et qu’ils savent que celui qui a inventé cette loi est untel fils d’untel chez les mécréants, à une époque différente de la nôtre de plus de cent ans, dans un lieu autre que celui de la communauté musulmane, dans un peuple qui n’est pas celui de la communauté musulmane, et malgré cela, ils imposent ces lois à la communauté islamique et ne reviennent pas au Coran et à la sounnah. Où est l’islam ? Où est la foi ? Où est la reconnaissance du message de Mouhammad –qu’Allah salla llahou 'alayhi wa sallam- et qu’il est le messager de tous les hommes ? Où est la reconnaissance de la généralité de son message et qu’il est valable pour toute chose ?

Beaucoup d’ignorants pensent que la loi islamique est exclusivement réservée à l’adoration qu’il y a entre l’homme et Allah ‘azza wa djall uniquement, ou dans les affaires personnelles comme le mariage, l’héritage, et les choses de ce genre. Ils se trompent dans cette pensé, la loi islamique est générale dans toute chose, et si tu veux la démonstration de cela, demande quel est le plus long verset du Coran ? On te dira que le plus long verset du Coran est le verset au sujet de l’emprunt « Ô les croyants! Quand vous contractez une dette à échéance déterminée, mettez-la en écrit… » dans sourate Al Baqara verset 282, et tout ce verset parle d’affaires sociales, alors comment peut-on dire « La loi islamique ne concerne que l’adoration et les affaires personnelles » ? Ceci est égarement et ignorance. Si c’est volontaire alors c’est de l’égarement et de l’orgueil, et si c’est du à l’ignorance, alors c’est considéré comme étant de la faiblesse d’esprit et il est obligatoire que l’homme apprenne et connaisse.

L’essentiel est que l’homme ne peut être croyant qu’avec l’établissement de ces trois conditions :

Premièrement : Appliquer le jugement du messager qu’Allah prie sur lui et le salue.
Deuxièmement : Ne pas avoir de gène ni avoir le cœur serré pour ce que le messager a décidé, qu’Allah prie sur lui et le salue.
Troisièmement : Qu’il se soumette complètement à la sentence, et qu’il la pratique parfaitement.

Avec ces trois conditions, l’homme est un croyant. Et s’il ne complète pas ces conditions, alors soit il sort totalement de la foi, soit il est croyant avec une foi faible. Et Allah est celui qui accorde le succès. »

Dernière modification de Aboû 'Oubayda al-Hindî, 26-01-07 à 16:49
Répondre en citant
  #2  
Ancien 26-01-07, 16:55
Aboû 'Oubayda al-Hindî
Invité
 
Messages: n/a
Par défaut

La Perfection de la Sharî'ah

Par le Shaykh 'Abdel-Qadir ibn 'Abdel-'Aziz


Un jour, un Juif vint voir ‘Umar et lui dit : « Si le verset : Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre Dîn, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme Dîn (religion, doctrine, sytème et mode de vie...) pour vous[-al mâ²idah- verset 3] nous avait été révélé, nous aurions fait de ce jour un jour de fête (Aïd). » ‘Umar répondit : « Je connais le jour où ce verset a été révélé ; il a été révélé un Vendredi, le jour d'Arafah. » (Rapporté par Al Boukhari)

Ibn Abbas dit : « Ainsi il a été révélé durant deux jours de fêtes : le jour du Vendredi et Arafah. » Imam Ibn Hajar a dit « "Nous aurions fait de ce jour un jour de fête (Aïd)" signifie "nous aurions honoré ce jour et l'aurions célébré chaque année" parce que l'achèvement de la Religion est d'une énorme importance. » Et la Sharî'ah Islamique est le dernier guide révélé par Allah, , aux Hommes, elle se doit d'être complète, parfaite, et capable de répondre aux besoins de l'humanité pour l'ici-bas et pour l'au-delà. Allah dit: ...Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre Dîn...[5-al mâ²idah- verset 3] ...Et Nous avons fait descendre sur toi le Coran, comme un exposé explicite de toutes choses[Sourate An-Nahl 16:89]

Ash-Shabiti rapporte que Ibn Habbib a dit : Ibn-Al-Majshoun m'a rapporté qu'il a entendu l'Imam Malik dire, « Quiconque introduit une nouveauté à cette Oumma en matière de Religion qui n'a pas été suivi par les Pieux prédécesseurs, prétend que le Messager d'Allah a trahi le message puisque Allah a dit : Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre Dîn, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme Dîn pour vous Par conséquent, ce qui ne faisait pas partie de la religion jadis, n'en fait pas partie aujourd'hui. ».

Ash-Shabiti ajouta « Allah a envoyé la Sharî'ah (Loi Divine) à Son Messager , avec toutes les explications nécessaires à toute l'Humanité : les devoirs que nous devons accomplir et les actes d'adorations obligatoires. Le Prophète n'est mort que lorsque le Dîn a été complètement achevée. Allah l'atteste par ce verset Ce Jour j'ai parachevé pour vous votre Dîn Donc quiconque prétend qu'une partie de la Religion a été délaissée ou inachevée, dément ce verset Ce Jour j'ai parachevé pour vous votre Dîn

Ash-Shabiti a ensuite déclaré : « Mais l'achèvement en question est l'achèvement des bases fondamentales générales. Jamais aucune base de la Religion concernant les éléments essentiels, indispensables ou complémentaires n'a été soumise sans une explication complète et détaillée. Il est vrai qu'il existe des aspects particuliers qui ne sont pas mentionnés directement mais qui sont confiés à des ‘Ulémas (Mujtahid) qui établissent des règles religieuses (fatwas) à partir des bases fondamentales, parce que la base d'une interprétation (Ijtihad) repose sur le Qu'ran et la Sunnah et doit être appliquée et non pas abandonnée. »

Aisha a dit : « Ne croyez pas ceux qui vous ont dit que le Prophète a caché une partie de la révélation, parce qu'Allah a dit : O Prophète proclame le message qui t'a été envoyé par ton Seigneur, si tu ne le fais pas, alors tu n'auras pas transmis Son message (Rapporté par Al Boukhari). Selon Abdullah Ibn 'Amr Ibn Al-'Aas , le Prophète a dit : « Tous les Prophète avant moi avaient pour obligation de diriger leurs Nations vers ce qu'ils savaient être bon pour eux et les détourner de ce qu'ils croyaient être mauvais pour eux. » (Rapporté par Muslim)

En résumé, tout cela veut dire qu'Allah a donné au Prophète la capacité de résumer les significations les plus détaillées en peu de mots (jawami' al kalimat). Cela s'applique à la fois au Coran et à la Sunnah. Les discours (paroles) du Prophète , étaient concis, brefs et précis, ce qui rend la Sharî'ah facile à mémoriser et à transmettre. Ce privilège est exclusif à la Oumma car Allah dit : Il consiste (le Coran) en des versets évidents (préservés), dans les poitrines de ceux à qui le savoir a été donné[Sourate Al-`Ankaboût 29:49]

Cette évidence amène aux conclusions suivantes :

1- La Sharî'ah est totalement complète, elle contient tout ce dont a besoin l'homme à travers toute une vie pour ce bas-monde et l'au-delà.
2- Le Prophète , a transmis l'intégralité de la sharî'ah et n'a dissimulé aucune partie.
3- La Prophète n'a mis sous silence aucune chose qui soit pour notre bien ou notre mal, au contraire il nous guide vers le bien et nous met en garde contre ce qui est mauvais.

Ce principe fondamental qu'est « l'achèvement et la perfection de la sharî'ah » implique les faits suivants :

- Puisque la Sharî'ah est complète, rien ne peut y être ajouté ou retiré. Ce fait vient invalider toutes les sortes de bida'a (innovation dans la religion) et inventions anciennes ou nouvelles.
- La perfection de la sharî'ah et sa transmission par le Prophète , signifie qu'il n'y a pas de place dans le Dîn de l'Islam pour des choses comme Ilmul-Batin, ou "l'ancien savoir" comme l'appellent certains, ce qui est contraire à l'aspect perceptible (dharir) ou l'aspect réel (haqiqah) de la sharî'ah. Ceci garantit l'invalidité de toutes les écoles de pensée et d'interprétation de la batiniah (ceux qui croient que la sharî'ah comporte d'autres éléments en dehors de sa signification directe et perceptible), comme c'est le cas des mécréants Ismaïliyah ainsi que quelques Soufis, qui disent que la prière n'est pas l'inclinaison, la prosternation ou la récitation, mais autre chose.

Certains d'entre eux disent que le paradis et l'enfer ne sont que des métaphores et des symboles, et appliquent ces concepts et d'autres au reste de la sharî'ah.

- L'achèvement et la perfection de la sharî'ah signifie qu'elle est au dessus (la plus haute) et vierge de contradiction et d'inconsistance. Allah dit : Ne méditent-ils donc pas le Coran ? S'il venait d'un autre qu'Allah, ils y trouveraient de nombreuses contradictions[Sourate An-Nisâ' 4:82] et ...alors que c'est un Livre précieux ; le faux ne l'atteint pas [d'aucune part], ni par devant, ni par derrière : c'est une révélation émanant d'un Sage, Digne de Louange[Sourate Foussilat 41:41-42]

Si certaines affirmations coraniques semblent se contredire, cette soi-disant « confusion » ne concerne pas les Savants qui savent comment interpréter chaque affirmation en accord avec son contexte.

Le Messager d'Allah a dit : « Le Coran n'a pas été révélé pour qu'une partie vienne en contredire une autre, mais plutôt pour la confirmer. Par conséquent, dans votre pratique de la Religion, appuyez-vous sur ce que vous comprenez et adressez-vous à ceux qui Savent pour ce que vous ignorez. » (Rapporté authentiquement par Ahmad et Al-Baqhawi)

- La perfection de la Sharî'ah signifie que dans l'Islam, chaque sujet a une règle qui le régit. Cette règle peut prendre la forme d'un ordre, d'une interdiction, ou d'une permission. Cette règle peut-être directe et indépendante ou incluse dans un autre principe. Ne pas connaître les règles ne veut pas dire que la sharî'ah est incomplète, au contraire, cela veut dire que le Mujtahid (celui qui interprète les règles) n'a pas su les trouver et qu'il doit recourir à l'aide d'une personne plus savante que lui.

- La perfection de la Sharî'ah, signifie qu'elle n'a besoin d'aucune des Religions précedentes ou d'expériences d'Hommes, comme l'institutions de lois par les Hommes eux-mêmes ou par d'autre philosophies. Par conséquent, quiconque prétend que les Musulmans ont besoin de ces critères, est considéré comme un « Kafir » ou mécréant, car il dément les paroles d'Allah : Ce Jour j'ai parachevé pour vous votre Dîn[Sourate Al-Mâ'ida 5:3] et Il () nous a dit : ...Ton Seigneur n'oublie rien[Sourate Maryam 19:64]. Est également « Kafir » ou mécréant celui qui prétend que les Musulmans ont besoin de systèmes tel que la démocraties, le communisme ou de tout autre idéologie sans lesquelles ont vécu les Musulmans pendant 14 siècles en mettant en application les règles d'Allah .

Les grands Califats ont été établis et ont prospérés sans recourir à ces idéologies. Les Califes ont administré plusieurs Nations multiraciales, qui s'étendaient de l'Ouest de la Chine jusqu'à l'Espagne. Ils gouvernaient ces nations selon les Lois d'Allah. Ils nommaient des gouverneurs, des cabinets, des juges, des contrôleurs…etc

Ils collectaient de l'argent et le dépensaient selon les préceptes définit par l'Islam. A ce moment là, personne ne disait « La Sharî'ah ne s'applique pas à l'argent ou à l'économie » ou « les Lois de la Sharî'ah ne sont pas conçues et adaptées à ces sujets ». Le Messager d'Allah a dit « Les Prophètes gouvernaient les enfants d'Israël, chaque fois qu'un Prophète partait, un autre lui succédait. Il n'y aura aucun autre Prophète après moi, mais il y'aura beaucoup de Califes. » Ils dirent : « Que nous ordonnes-tu de faire ? » Il répondit « Prêtez-leurs serment d'allégeance l'un après l'autre et rendez-leurs leurs droits et en effet Allah leurs demandera des comptes au sujet de leurs concitoyens ». (Rapporté par Bukhari et Muslim)

La Siyasah (politique) signifie « administrer de la meilleure manière qui convienne. » Al Mawardi a dit : « L'Imamah (l'Etat) est créer pour succéder à la Prophétie en sauvegardant la Religion et en administrant les affaire internationales » (Al-Ahkam As-Sulataniah, par Mawirdi, page 5).
Allah a dit ils ne t'apporteront aucunes paraboles, sans que nous te révélons la vérité et la meilleur explication[Sourate Al-Fourqân 25:33]

Remplacer l'Islam par des lois forgées par les hommes eux-mêmes est illicite. Il n'est pas non plus permis de les mélanger comme ceux qui disent « Socialisme Islamique » ou « Démocratie Islamique ». Allah a dit Et la plupart d'entre eux ne croient en Allah qu'en lui donnant des associés[Sourate Yoûsouf 12:106]

Mélanger l'Islam (à d'autre doctrine) est considéré comme une forme d'associationnisme (Shirk), Allah dit en comparaison à d'autres religions et d'autres doctrines: Dis : O vous les infidèles ! Je n'adore pas ce que vous adorez. Et vous n'êtes pas adorateurs de ce que j'adore. Je n'adorerait jamais ce que vous adorez. Pas plus que vous n'adorerait ce que j'adore[Sourate Al-Kâfiroûn 109:1-5] et Juge alors parmi eux d'après ce qu'Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, et prends garde qu'ils ne tentent de t'éloigner d'une partie de ce qu'Allah t'a révélé[Sourate Al-Mâ'ida 5:49]


Source:
Publié par Al-Jumu'ah Magazine,
Traduit par Al-Mourabitoune.

Dernière modification de Maqdissiya, 29-07-11 à 22:25 Raison: correction erreur verset
Répondre en citant
  #3  
Ancien 26-01-07, 17:01
Aboû 'Oubayda al-Hindî
Invité
 
Messages: n/a
Par défaut

Ibn Kathir et le fait de gouverner par autre que ce qu'Allah a révélé

du Shaykh 'Abdel-Qadir ibn 'Abdel-'Aziz


Fatwa d'Ibn Kathir :

"Et dans Son Livre, le Très Haut, déclare : Est-ce donc le Houkm du temps de l'Ignorance qu'ils cherchent ? Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah, en matière de Houkm pour des gens qui ont une foi ferme ?[Sourate Al Maidah 5:50]

Ibn Kathir a dit: "Allah le Très Haut dénigre ceux qui sortent de la loi d'Allah comportant tout le bien et interdisant tout le mal, et se dirigent vers une autre loi composée d'opinions, de passions et de termes forgés par les hommes sans se baser sur la loi d'Allah (Shari'ah). Et cela est identique aux gens de la Djâhiliyah qui gouvernaient selon des lois ignorantes et égarées.
Et c'est identique à ce par quoi les Tatars gouvernent, issu de Gengis Khan, qui leur a forgé le Yâsiq, qui correspond à un livre de lois composé de différentes législations juives, chrétiennes et musulmanes, et où se trouvent beaucoup de lois qu'il a tout simplement tirées de sa pensée et de ses passions. Ce livre est devenu une législation suivie par ses descendants, qu'ils mettent en avant par rapport au jugement par le Coran et la Sounnah.

Or quiconque fait cela est devenu mécréant, et il est obligatoire de le combattre jusqu'à ce qu'il revienne à la loi d'Allah et de Son Envoyé, et qu'il ne gouverne que par cela, dans tous les domaines.

Il, dit : Est-ce donc le Houkm du temps de l'Ignorance qu'ils cherchent ? autrement dit, ils cherchent et désirent se tourner loin du Houkm d'Allah. Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah, en matière de Houkm pour des gens qui ont une foi ferme ? En d'autres termes, qui est plus juste qu'Allah dans ses lois pour celui qui comprend qu'Allah est le Plus Sage des juges et Plus Compatissant envers Sa création que la mère l'est envers son propre enfant ?

Et vraiment, Il, , est Parfaitement Connaisseur des choses, Puissant sur toutes choses, Juste dans toutes choses."

Tafsir Ibnou Kathir, Vol. 2/67


Et voici six points à soulever sur cette Fatwa :

Le Premier Point : La Fatwa d'Ibn Kathir, qui a été publiée il y a 700 ans, s'applique entièrement aux affaires de notre Etat. Et ceux qui tiennent à ce qu'elle soit uniquement valable pour les Tatars sont dans l'erreur parce que cette Fatwa est générale et englobe toute personne qui délaisse le Houkm (les lois, le jugement) d'Allah pour se baser sur des lois émanant des opinions des hommes. Et cette énonciation s'applique entièrement aux lois forgées, car ces dernières omettent les lois d'Allah pour se référer à l'avis des hommes et des lois qu'ils ont inventées. Ainsi, Ibn Kathir a mentionné deux exemples pour illustrer cela. Le premier est son énonciation, "Et cela est identique aux gens de la Djâhiliyah qui gouvernaient..." ; et le second est son énonciation, "Et c'est identique à ce par quoi les Tatars gouvernent..." ; Ainsi il est clair que sa mention des Tatars ait été formulée afin de servir d'exemple et non pas afin de limiter la Fatwa.

Et c'est pour cette raison qu'il a conclu son exégèse avec une expression de généralité, qui était une phrase au conditionnel préfacé avec le "jusqu'à" *tel qu'il dit : "Or quiconque fait cela est devenu mécréant (kafir) ... jusqu'à ce qu'il revienne à la loi d'Allah et de Son Envoyé..." Ainsi c'est un texte général , qui coupe court à toute fausse interprétation sur cette Fatwa, puisse Allah lui faire miséricorde.

Le Second Point : Au sujet de sa citation: "qui correspond à un livre de lois composé de différentes législations juives, chrétiennes et musulmanes (milla), et où se trouvent beaucoup de lois qu'il a tout simplement tirées de sa pensée et de ses passions". Et cette description s'applique aux lois forgées, qui sont mises en place actuellement dans les pays musulmans, car elles sont un mélange de mécréance et de passions, bien qu'elles incluent également certaines des lois islamiques.

Et ceci ne change pas le fait qu'elles soient des décrets de loi (émanant) d'un incrédule, parce qu'il croit en certaines choses, tout en en rejetant d'autres; alors il est devenu mécréant en tout et tombe sur ce que nous avons relaté d'Ibn Taymiyyah plus tôt 1. Et parce qu'Allah a déclaré l'incrédulité des juifs quand ils ont changé une pénalité de Ses pénalités (Hudoud) ; "La lapidation", de même que dire des lois inventées, qui supprimeraient toutes Ses interdictions ?

Le troisième point : Concernant sa citation au sujet d'Al-Yasiq, *"Ce livre est devenu une législation suivie par ses descendants (Lit. fils)..."* autrement dit, par les fils de Gengis Khan, les Tatars. Et c'est cela, qui prouve que les lois de nos jours sont encore plus grandes en mécréance que celles des Tatars, parce que les deux groupes (les Tatars et les gouverneurs modernes) ont montré extérieurement l'Islam, tout en gouvernant par autre chose que ce qu'Allah a révélé.

Mais elles différent sur une chose importante. Et ça concerne les Tatars qui - en dépit de leur conquête des pays musulmans, et de leurs reprise du pouvoir sur eux - n'ont pas forcé les Musulmans à gouverner avec les lois de l'incrédulité, 'Al-Yasiq'. Au contraire, les Tatars ont simplement gouverné par cela sur eux-mêmes, tandis que le fait de gouverner sur les Musulmans demeura suivant la législation Islamique (shari'ah), comme il a été clarifié plus tôt dans la conclusion du septième chapitre.

Quant aux gouverneurs contemporains, ils ont fait appliquer de force les lois du kufr (l'incrédulité) sur les musulmans. Ils se sont bornés à appliquer le pouvoir selon eux, légiférant pour le peuple musulman et instaurant des universités appelées "Facultés des Droits", afin d'envoyer en avant des personnes qui pourraient prendre la responsabilité de diriger avec ces lois sur les croyants.

Pourtant rien de ceci n'a été fait par les Tatars, au sujet desquels Ibn Taymiyyah - et après lui, Ibn Kathir - ont relaté le consensus (Ijmaa') des musulmans sur leur mécréance (Kufr), due au fait qu'ils gouvernaient par autre chose que ce qu'Allah a révélé.

Le quatrième point : Au sujet de la citation d'Ibn Kathir, "Et c'est identique à ce par quoi les Tatars gouvernent, issu de Gengis Khan, qui leur a forgé le Yâsiq"... - jusqu'à son énonciation - "Or quiconque fait cela est devenu mécréant, et il est obligatoire de le combattre...". Et dans ces mots, il y a une réfutation sur les doutes que certains propagent, afin de défendre les gouverneurs apostats, qui gouvernent par des lois forgées, et qui énoncent le fait que ces gouverneurs ne sont pas ceux qui ont forgé ces lois, et qu'ils ne les ont pas mises en place pour les pays musulmans.

Aussi je dis : Ils sont identique à ceux qu'Ibn Kathir évoque dans la Fatwa qu'il a publié sur leur mécréance. Ils (les Tatars) n'ont pas été les seuls à fabriquer 'Al-Yâsiq', plutôt, le seul à l'avoir fait était leur Roi idole, Gengis Khan, qui est mort en 624 de l'an Hégire, tandis qu'Ibn Kathir n'est pas né avant 700 H. De plus, il a publié cette Fatwa au sujet de la mécréance des descendants (fils) de Gengis, qui avaient pourtant ouvertement déclaré leur Islam, tout en dirigeant avec la loi de leur grand-père. Aussi, l'Etat des seconds était identique à celui des premiers.

Et même avant la Fatwa d'Ibn Kathir, nous avions la Fatwa du Seigneur des Mondes . C'est parce que, ceux au sujet duquel Allah a révélé :... Et ne vendez pas Mes enseignements à vil prix. Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, les voilà les mécréants [Sourate Al-Mâ'ida 5:44]* pour avoir délaissé la loi d'Allah concernant la lapidation du marié pour adultère, en faveur de leur jugement par des lois forgées - ceux d'entre eux, qui vivaient au temps du prophète , n'étaient pas ceux qui avaient inventé cette loi forgée, mais c'était plutôt leurs prédécesseurs qui l'avaient inventée, comme il est mentionné dans les hadiths qui ont été relatés concernant les causes de la révélation - en particulier, ceux que Tabari a rapporté d'après Abou Hourayrah .

D'eux, le premier qui a délaissé le Had (la sentence) de lapider et puis, a remplacé ce Houkm (jugement), était un roi parmi les rois des juifs, pourtant, ils n'ont eu aucun roi à l'époque du Prophète quand ce verset a été révélé. Ainsi la mise en place du remplacement (Tashri') de cette loi par leurs prédécesseurs n'a pas empêché ce hukm de l'incrédulité de s'appliquer sur eux également, aussi longtemps qu'ils continuaient de suivre cette nouvelle loi.

Le cinquième Point : Il concerne la citation d'Ibn Kathir: "Or quiconque fait cela est devenu mécréant (kafir)"; Ainsi considère t-il la base de l'incrédulité (kufr) sur une simple action: "Or quiconque fait cela est devenu mécréant (kafir)". En d'autres mots, celui qui gouverne par des lois forgées fait partie des mécréants. Et il n'a pas dit, comme beaucoup de contemporains le prétendent, que celui qui fait ça, ne devient pas mécréant à moins qu'il ne croit en sa licéité, et ne se le rende légal (halal) ou qu'il rejette le Houkm (jugement) d'Allah, parce que toutes ces conditions sont erronées (Fasid).

Et cette énonciation est l'énonciation des Murji'ites extrémistes (Ghoulat Al-Mourji'ah), au sujet desquels les prédécesseurs ont jeté l'anathème (Takfir), comme cela a été démontré dans ce travail de recherche (Mab'hath) concernant la "Croyance" (I'tiqad) et dans la 16ème introduction de la cinquième question de ce sujet. Et les résultats étaient que le jugement de mécréant dans cette vie était délivré lorsque l'on apportait une position ou une action, à propos de cela, dont la mécréances a été établie par une évidence légale 2. Et ce que cette évidence a montré, c'est la mécréance de celui qui s'éloigne du Hukm conforme à ce qu'Allah a révélé ou celui qui gouverne par autre chose que cela ou qui inventerait une loi autre que celle-la, comme il est indiqué dans le sixième point.

Le sixième Point : Compte tenu de la Fatwa précédente d'Ibn Kathir , il est alors permis d'agir contre les dirigeants actuels, qui gouvernent avec des lois forgées, en raison de l'applicabilité de cette fatwa sur eux, comme ce qui a été dit précédemment, et, compte tenu des évidences mentionnées dans la sixième question et le consensus (ijmaa') qui s'y rapporte dans la septième question (cf le livre du cheikh), il n'y a pas besoin de plus de preuves pour suivre Ibn Kathir dans cette Fatwa. De plus, le fait de le suivre est permis, comme cela a été montré concernant les "règles du Moufti" (celui qui publie des Fatwas), au cinquième chapitre de ce livre.

Ibnou Al-Qayim, , a dit 3 en réponse à la question : "Est-il permis aux hommes de suivre la fatwa et l'acte d'un mort, sans en considérer les preuves qui seraient nécessaires à la correction de cet acte ?"
Il a répondu: "Concernant cela, il y a deux points de vue, selon les compagnons de l'Imam Ahmed et Ash-Shafi'i.

Ainsi ceux qui l'ont interdit ont dit : 'Il peut être possible qu'il (c'est-à-dire le mort) aurait changé son raisonnement déductif (Ijtihaad) s'il avait été vivant, parce qu'il est possible qu'il puisse changer son avis quand cet événement (plus récent) a eu lieu, hors de l'engagement ou en raison de sa recommandation (lui faisant changer son point de vue), basé sur un désaccord bien connu. Et peut-être que s'il devait la repasser en revue, il reviendrait sur son ancienne déclaration.

Quant à la seconde opinion, elle correspond au permis. Et tous ceux qui suivent (les fatwas des savants morts) sont sur cette opinion, dans tous les endroits de la Terre, parce que le meilleur de ce qu'ils ont entre leurs mains à suivre est le fait de suivre ceux qui sont morts. Et quiconque interdit le fait de suivre l'avis d'un mort, alors cela est simplement une chose qu'il revendique avec sa langue, cependant ses actions, sa Fatwa, et son jugement font le contraire de cela. Et les déclarations des morts ne meurent pas avec leurs auteurs, de même que les narrations ne meurent pas avec leurs narrateurs et émetteurs"


Source :
"Six points sur la Fatwa d'Ibn Kathir en ce qui concerne le fait de gouverner par autre chose que ce qu'Allah a révélé"
Traduit par Al-Mourabitoune

*
Notes d'Al-Mourabitoune

1 Cheikh Al Islam a dit: "Et il est connu par nécessité dans le Dine Al Islam et par consensus de tous les musulmans que celui qui suit une Loi autre que la Shari'ah de Mouhammad qu'il est un Kafir et qu'il baigne dans le même kufr que celui qui croit à une partie du livre et qui rejette l'autre" (Majmou' Al Fatawa, Al Hafidh 28/524)
2 Preuve Shar'ih, donc un kufr Bawah dont on a une preuve dans la parole d'Allah ou de Son prophète
3 Ilaam Al-Mu'aqi'ine", Vol. 4/215
Répondre en citant
  #4  
Ancien 26-01-07, 17:10
Aboû 'Oubayda al-Hindî
Invité
 
Messages: n/a
Par défaut

Le fait de gouverner par des lois forgées

Epître du Cheikh Mohammed Ibn Ibrahim Ibn 'Abdel-Latif Al ach-Cheikh.


Il s'agit bien de mécréance majeure et claire que de donner aux maudites lois forgées la même considération qu'on devrait donner à ce qu'a transmis l'Esprit fidèle – Gabriel – sur le cœur de Mohammed pour qu'il soit entre tous un avertisseur en langue arabe claire, et ceci en jugeant par elles (les lois forgées) et en s'en remettant à elles en cas d'un quelconque conflit. Agir ainsi est une pure contradiction et une opposition aux paroles divines suivantes: Si vous vous disputez en quoi que ce soit, déférez le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Cela sera meilleur pour vous et de plus belle incidence[Sourate An-Nisa 4:59]

Allah a jugé dépourvus de foi ceux qui ne prennent pas le Prophète pour juge dans toute dispute. Cette négation de foi est accentuée par les deux formes de négation (non et ne) et le serment (par ton Seigneur!) dans les paroles divines suivantes: Non!... Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu'ils ne t'auront demandé de juger de leurs disputes et qu'ils n'auront éprouvé nulle contrariété intime pour ce que tu auras décidé, et qu'ils se soumettent complètement [à ta sentence]. [Sourate An-Nisa 4:65].

Allah n'a pas accepté d'eux le simple fait de prendre le messager d'Allah pour juge, ils doivent en plus n'éprouver aucune contrariété intime – haraj – à l'égard de ce jugement, leurs poitrines doivent être larges et exemples de toute angoisse et de toute suspicion.

Aussi Allah n'est pas satisfait d'eux tant qu'ils ne joignent pas à cela le taslim qui est la soumission au jugement du Prophète de telle sorte qu'ils se débarrassent de toute passion de l'âme à son encontre, et se soumettent totalement au jugement vrai, c'est pour cela qu'Il a ajouté le nom d'action (taslima: soumission) pour donner plus de force au verbe de la même racine (youssallimou = ils se soumettent), ce nom d'action démontre qu'il ne faut pas se contenter d'une simple soumission mais plutôt d'une soumission totale.
Médite donc sur le premier verset: Si vous vous disputez en quoi que ce soit, déférez-le à Allah et à l'Envoyé si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Cela sera meilleur pour vous et de plus belle incidence[Sourate An-Nisa 4:59] dans lequel Allah a mis le terme indéterminé – chay (en quoi que ce soit) – dans un mode conditionnel – siyyaq ach-chart – : Si vous vous disputez en quoi que ce soit (chay) qui exprime une signification générale – al ‘oumoum – englobant tout ce qui fait l'objet de dispute qualitativement et quantitativement, et remarque comment Il a mis cela comme condition pour acquérir la foi en Allah et au Jour Dernier en disant: Si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Puis, Allah a dit: Cela sera meilleur et ce qu'Allah a qualifié de meilleur nul mal ne peut le toucher que ce soit à court ou à long terme.

Puis Il () a dit: et de plus belle incidence (ta'wil) c'est à dire belle incidence dans ce monde et dans l'au-delà. Le sens implicite (de ce passage du verset) consiste à dire que le fait de ne pas s'en remettre au Messager lors d'un désaccord est la cause du malheur dans ce bas monde et dans l'au-delà, contrairement à ce que prétendent les hypocrites: Nous ne sommes que des réformateurs[Sourate Al Baqarah 2:11] et Allah leur a répondu: certes, ce sont eux les véritables corrupteurs, mais ils ne s'en rendent pas compte[Sourate Al Baqarah 2:12], ce qui infirme l'argument qu'avancent ceux qui forgent des lois en prétendant que le monde (actuel) a besoin (voir est même dans la nécessité) de ces nouvelles lois (qanûn)… Or ceci relève de la mauvaise idée qu'ils ont sur le Messager d'Allah , de la qualification du message d'Allah et de Son Envoyé de dérisoire et d'insuffisant pour que les gens se réfèrent à lui lors du désaccord, et donc, à leur avis, si on applique le message d'Allah, on aura une mauvaise fin dans ce monde et dans l'au-delà !

Médite aussi sur la signification générale du deuxième verset: de ce qui fait entre eux conflit car le pronom relatif "ce" avec la phrase qui lui est liée expriment la généralité selon les ussulis et autres (juristes), et cette généralité englobe toute sorte d'affaire judiciaire et toute quantité de la chose qui fait l'objet de dispute, il n'y a donc pas de différence entre une affaire et une autre tout comme il n'y a pas de différence entre une petite quantité et une grande quantité de la chose qui est la cause du conflit.
Allah a jugé dépourvu de foi quiconque s'en remet à une loi autre que celle apportée par l'Envoyé d'Allah , Allah dit: N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers toi et à ce qu'on a fait descendre avant toi? Ils veulent prendre pour juge le Taghût, alors qu'on leur a commandé de le renier. Mais Satan veut les égarer très loin dans l'égarement[Sourate An-Nisa 4:60].

Lorsqu'Allah dit qu'ils "prétendent" cela signifie qu'Allah nie la foi qu'ils présument avoir, car le cœur du serviteur d'Allah ne peut absolument pas réunir la volonté de recourir à une loi autre que celle apportée par le Prophète et la foi, l'une est opposée à l'autre.

Le Taghût vient du mot tûghiane qui est le dépassement des limites, or quiconque a jugé par une loi autre que celle apportée par l'Envoyé ou s'en est remis à elle, a finalement jugé par le Taghût et s'en est remis à lui.
Donc chacun de nous a le droit de juger uniquement par ce qu'a apporté le Prophète , et non pas par ce qui lui est contraire, de même on a le droit de ne s'en remettre qu'à ce qu'a apporté le Prophète , et celui qui juge par ce qui lui est contraire a certainement dépassé les limites d'Allah et devient ainsi un Taghût.

Médite sur l'évidence divine suivante: ...alors qu'on leur a commandé de le renier pour que tu comprennes mieux l'obstination des "Qanûniyyounes" (ceux qui mettent en place des lois forgées) et leur volonté opposée à la volonté divine à ce sujet. Ce qu'Allah a voulu d'eux par Sa volonté religieuse est qu'ils se désavouent du Taghût au lieu de recourir à lui mais les transgresseurs substituèrent à ces paroles autres que celles qui leur avaient été prescrites[Sourate Al Baqarah 2:59].

Médite encore sur l'évidence suivante: Satan veut les égarer pour comprendre qu'il s'agit bien d'un égarement, tandis que ces Qanûniyyounes voient que c'est le droit chemin. De même le verset montre que ces lois inventées – qanûn – émanent de la volonté de Satan contrairement à ce qu'imaginent ces Qanûniyyounes qui prétendent être loin de Satan et que ces lois sont dans l'intérêt de l'humanité.

Donc, à leur avis, ce que veut Satan est bénéfique pour l'humanité et en conformité avec la volonté divine, quant au message pour lequel le meilleurs fils d'Adam a été envoyé, il est loin de ces qualificatifs et exclu de leurs préoccupations.

D'ailleurs, Allah a blâmé cette catégorie de gens en affirmant qu'ils aspirent au jugement du paganisme – jahiliyya – et qu'il n'y a pas de jugement meilleur que le Sien: Est-ce donc le jugement du temps de l'Ignorance (Jahiliyya, paganisme) qu'ils cherchent? Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme?[Sourate Al-Mâ'ida 5:50], médite donc sur ce verset pour comprendre qu'il n'y a que deux sortes de jugement et qu'en dehors du jugement d'Allah il n'y a que le jugement du paganisme.

Désormais, les Qanûniyyounes font partie des païens de la période anté-islamique, qu'ils le veuillent ou non, voir même pires qu'eux et plus mensongers qu'eux en discours car les païens de la période anté-islamique ne se contredisaient pas avec eux-mêmes à ce sujet. Quant aux Qanûniyyounes (ceux qui mettent en place des lois forgées), ils se contredisent avec eux-mêmes en prétendant croire en ce qu'a apporté le messager d'Allah puis le contredisent et essaient en même temps de se frayer un chemin entre eux (entre le message du Prophète et leur lois forgées); Allah dit à propos de cette catégorie de gens: les voilà les vrais mécréants! Et Nous avons préparé pour les mécréants un châtiment avilissant[Sourate An-Nisâ' 4:151]

Vois-tu comment Allah infirme les lois que vantent ces Qanûniyyounes, qui ne sont d'autres que des idées ordurières élaborées par leurs cerveaux et ce que forgent leur imagination, par le verset suivant: Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme?. Dans l'explication de ce passage du verset, Al Hafedh Ibn Kathir a dit:

"Le Très-Haut blâme ainsi celui qui est sorti de la législation d'Allah si sage si parfaite, comportant toute sorte de bien et proscrivant tout mal, et qui en a dévié vers d'autres néologismes fabriqués par l'homme sans nullement se baser sur la législation d'Allah (Shari'ah), à l'instar des gens du paganisme (jahiliyya) qui se basaient dans leur justice sur l'erreur et la sottise insensées que leurs inspiraient leurs propres opinions et leurs passions.

Ils jugeaient à la façon des tatars qui appliquaient les règles politiques du règne qu'ils avaient héritées de leur roi Gengis Khân qui leur a rédigé leur livre intitulé "Al Yaciq" qui représentait un recueil de règles qu'il a sans doute puisé dans des législations diverses comme celle du judaïsme, du christianisme, de l'Islam et d'autres parmi lesquelles plusieurs ont été inspirées par son seul jugement et par sa passion.

Ses descendants en firent une législation qu'ils préféraient à celle du livre d'Allah et la Sunna du Messager d'Allah. Quiconque agit ainsi est un mécréant qu'on doit combattre par les armes jusqu'à ce qu'ils reviennent à la législation d'Allah et de Son messager et qu'ils n'appliquent plus aucune autre législation. Allah dit: est-ce donc au jugement du paganisme qu'ils recherchent? c'est à dire ils le désirent et se passent du jugement d'Allah, Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme? c'est à dire qui est plus juste qu'Allah en matière de jugement pour celui qui a bien compris la religion d'Allah, a eu foi en elle et certitude, sait qu'Allah est le plus juste des justiciers et plus miséricordieux envers Ses créatures que la mère envers son enfant? Car Allah est l'Omniscient, l'Omnipotent, l'Equitable dans toute chose"

[fin du propos d'Ibn Kathir Voir son Tafsir Vol. 2/67]

S'adressant à Son Prophète Mohammad , Il () a dit: Juge donc parmi eux d'après ce qu'Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, loin de la vérité qui t'est venue.[Sourate Al-Mâ'ida 5:48] et Il a dit : Juge alors parmi eux d'après ce qu'Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, et prends garde qu'ils ne tentent de t'éloigner d'une partie de ce qu'Allah t'a révélé[Sourate Al-Mâ'ida 5:49], et Il a donné le choix à Son Prophète entre juger entre les juifs ou se détourner d'eux s'ils recourent à lui: S'ils viennent à toi, sois juge entre eux ou détourne toi d'eux. Et si tu te détournes d'eux, jamais ils ne pourront te faire aucun mal. Et si tu juges, alors juge entre eux en équité.

Car Allah aime ceux qui jugent équitablement [Sourate Al-Mâi'da 5:42], l'équité signifie la justice – al ‘adl – et seul le jugement d'Allah et de Son Envoyé est véritablement juste et tout jugement qui lui est différent est de la tyrannie, de l'injustice, de l'égarement, de la mécréance et de la scélératesse, c'est pour cela qu'Allah a dit:Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, les voilà les mécréants[Sourate Al-Mâi'da 5:44], Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, ceux-là sont des injustes[Sourate Al-Mâi'da 5:45], Ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, ceux-là sont les pervers[Sourate Al-Mâi'da 5:47].

Remarque donc comment le Très-Haut a taxé ceux qui jugent par ce qui est différent de ce qu'Il a fait descendre: de mécréants, d'injustes et de pervers, et il est impossible qu'Allah qualifie le juge qui juge par ce qui est contraire de ce qu'Il a fait descendre de mécréant sans qu'il ne le soit; il est mécréant de manière générale, soit d'une mécréance relative à l'acte – kufr ‘amali – soit d'une mécréance relative à la conviction – kufr I'tiqadi –, et l'explication d'Ibn ‘Abbas de ce verset (le verset 44 de la sourate 5) rapportée par Taouss indique que le gouverneur qui ne juge pas selon ce qu'Allah a fait descendre est mécréant: c'est soit une mécréance relative à la conviction qui l'exclue de l'Islam soit une mécréance relative à l'acte qui ne l'excommunie pas.

La mécréance relative à la conviction est de différentes sortes:

1) Cas où le gouverneur qui juge par autre chose que ce qu'Allah a fait descendre conteste l'obligation de gouverner avec la shari'a: C'est probablement l'avis d'Ibn ‘Abbas et le choix d'Ibn Jarir (at-Tabari), il s'agit selon eux du reniement – al juhud – de la législation d'Allah .

En fait, sur ce point, il n'y a aucun désaccord entre les gens du Savoir, car celui qui renie – et c'est là un des principes unanimement accordés – un point fondamental de la religion ou une question secondaire au sujet de laquelle tous les gens du Savoir sont d'accord ou renie une partie qat'i de ce qu'a apporté l'Envoyé d'Allah est un mécréant et ne fait pas partie de la communauté.

2) Cas où le gouverneur ne conteste pas la légitimité du jugement d'Allah et de Son Envoyé mais croit qu'un système de lois bien déterminé est meilleur que la shari'ah de l'Envoyé d'Allah , un système qui, à son avis, est plus complet et répond mieux aux besoins des gens en matière de jugement soit de manière absolue soit relativement à certains événements nouveaux issus de l'évolution du temps et le changement des situations. Sans aucun doute ceci est une mécréance majeure, car le gouverneur a préféré les lois inventées par de simples êtres humains, et qui ne sont que des idées ordurières qu'élaborent leurs intellects et le résultat de la pensée humaine, au jugement du Sage Digne de louanges.

Il est important de noter que le jugement d'Allah et de Son Envoyé ne varie pas dans son essence selon l'évolution du temps ou selon le changement du mode de vie, car toute affaire trouve son répondant dans le Livre d'Allah et dans la Sunnah du Messager d'Allah , on peut déduire le jugement de chaque affaire à partir du sens explicite ou implicite du texte ou selon d'autres méthodes de la shari'a. Que la personne le sache ou l'ignore est une autre question .

Encore faut-il signaler qu'il ne faut pas comprendre faussement la formule suivante des savants: "la fatwa varie selon les circonstances" à l'instar de ceux dont la capacité de déduction des lois religieuses ou de leur raison d'être est faible, voir même nulle, ils se sont basés sur cette formule pour justifier leurs envies bestiales, leurs besoins mondains et leur façon erronée de voir les choses, c'est pour cela qu'ils la défendent vigoureusement, et font soumettre les textes (de la révélation) à elle avec tous les moyens dont ils disposent, allant jusqu'à déplacer les paroles de leurs lieux.

En fait, les savants désignent par cette formule: "la fatwa varie selon le changement des circonstances et l'évolution du temps" un changement continuellement accompagné du respect des règles fondamentales de la shari'ah et des raisons d'être des prescriptions, et va dans l'intérêt des gens tout en obéissant à la volonté d'Allah et la volonté de Son Envoyé .
Sans aucun doute, les partisans des lois inventées sont loin de tout cela car ils n'adoptent que ce qui leur convient, peu importe si c'est conforme à la religion ou non, et la réalité en est le témoin le plus visible.

3) Cas où le gouverneur ne croit pas que la loi qu'il soutient est meilleure que celle d'Allah et de Son Envoyé, mais pense quand même qu'elle lui est égale, ce cas est pareil que les deux précédents: c'est une mécréance qui l'exclue de l'Islam, car il s'ensuit nécessairement une assimilation de la créature au Créateur et une opposition à l'évidente divine suivante: Il n'y a rien qui Lui ressemble [Sourate Ach-Choûrâ 42:11] et à d'autres nobles versets qui affirment qu'Allah est le Seul à avoir les attributs de perfection et qu'Il est exempt de toute ressemblance avec Ses créatures que ce soit dans Son essence ou Ses attributs ou Ses actes ou dans le jugement entre les gens.

4) Cas où le gouverneur croit que la loi par laquelle il juge n'est ni pareille, ni à plus forte raison meilleure que le jugement d'Allah et de Son Envoyé, mais croit qu'il est permis de juger par ce qui est différent de la chari'a, ce cas est pareil que les cas précédents car il a cru licite quelque chose reconnue illicite par les textes authentiques, claires et péremptoires.

5) Ce cas est le plus grave, il englobe les cas précédents, il manifeste une opposition claire à la shari'a, un dédain de ses lois et une rupture avec Allah et Son Envoyé. Ce cas consiste à supplanter les tribunaux religieux en établissant des tribunaux auxquels on a fournit tout le matériel nécessaire et dans lesquels on a supervisé des lois, on a développé leurs principes fondamentaux et leurs cas subsidiaires – al furu' –, on les a pourvu du pouvoir législatif, du pouvoir juridique, du pouvoir exécutif, d'ouvrages de référence et toute sorte de documentation.

Tout comme les tribunaux religieux qui disposent d'ouvrages dont les sources sont le Livre d'Allah et la Sunna de Son Envoyé , ces tribunaux ont pour référence un système formé de toute pièce de lois françaises, de lois américaines, de lois britanniques, de prescriptions de certaines écoles d'innovateurs attribuées à l'Islam etc…

Dans beaucoup de pays musulmans, ces tribunaux sont déjà à l'œuvre, leurs portes sont grandes ouvertes, des foules de gens y rentrent, les juges jugent entre eux par des lois contraires à celles de la Sunna et du Livre, on leur impose ces lois, on les engage à déclarer leur fidélité à elles et on les oblige à s'y soumettre. Aussi me demandais-je:

- Que peut-il y avoir de mécréance aussi flagrante que celle-ci et que peut-il y avoir de contradiction au témoignage de la prophétie de Mohammad plus manifeste que celle-ci? Les preuves détaillées de ce que nous avons présenté dans ce paragraphes (n°5) sont très connues et très nombreuses.

- Ô gens raisonnables! Ô groupes d'intelligents! Ô êtres de conscience! Comment accepteriez-vous que s'appliquent sur vous les lois et les doctrines de vos semblables ou de gens de condition plus basse que vous: des gens qui non seulement peuvent se tromper mais ont plus tort que raison sachant aussi qu'il n'y a de bon dans leurs lois que ce qui provient de la Shari'a de façon explicite ou implicite? Comment donc les laisseriez-vous soumettre votre personne, votre sang, votre corps, votre honneur, vos familles y compris vos femmes et vos enfants, vos biens et tous vos droits à leurs lois?

Comment recourir à des gens qui refusent d'appliquer sur vous le jugement d'Allah et de Son Envoyé qui est exempt de toute défaillance, le faux ne l'affecte ni de devant, ni de derrière c'est une descente venue du Sage Digne de louanges?

A vrai dire, lorsque les gens se plient et se soumettent au jugement de leur Seigneur, ils n'ont fait que se plier et se soumettre au jugement du Très-Haut qui les a créé pour L'adorer.

Sachant que les gens ne doivent se prosterner que devant Allah, ne doivent adorer que Lui et ne doivent pas adorer de simples créatures, ils doivent aussi ne se plier et ne se soumettre qu'au jugement d'Allah le Sage, l'Omniscient, le Digne de louanges, le Compatissant, le Miséricordieux, en dehors du jugement d'une simple créature comblée d'ignorance et d'iniquité, submergée par la suspicion, les passions et les ambiguïtés, dont le cœur est envahi par l'indifférence, la rudesse et les ténèbres (de l'égarement).

Il est donc du devoir des gens raisonnables de se libérer de ces lois, car (par ces lois) on les tient dans l'asservissement – al isti'bad – et on les assujetti aux passions d'autrui et à leurs désirs, aux aberrations et aux faussetés. Que dire de plus s'il s'agit textuellement d'une mécréance Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, les voilà les mécréants.

6) Enfin, il y a le jugement de nombreux chefs de tribus et de clans bédouins et d'autres comme eux. Ils se réfèrent aux contes de leurs ancêtres et à leurs habitudes qu'ils appellent "Salloum": c'est un ensemble de lois qu'ils ont hérité et par lesquelles ils jugent et se font juger lors de leurs conflits. Agissant ainsi, ils ne font que perpétuer les lois du paganisme anté-islamique et se passer du jugement d'Allah et de Son Envoyé. Il n'est de mouvement et de force qu'en Lui ! .

Puis il y a le deuxième type: celui de la mécréance qui n'excommunie pas le juge qui ne juge pas selon ce qu'Allah a fait descendre. Nous avons déjà noté plus haut qu'Ibn ‘Abbas a fait allusion à ce type de mécréance dans l'explication du verset: Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, les voilà les mécréants il l'a nommée: "une mécréance moindre que la mécréance" et aussi: "Ce n'est pas le genre de mécréance que vous désignez".

Ce type s'applique sur un juge qui a été poussé par un désir personnel ou la passion à juger dans une affaire particulière par ce qui est contraire de ce qu'Allah a fait descendre, tout en ayant la conviction que le jugement d'Allah et de Son Envoyé est le plus juste, et en avouant qu'il a mal agit et qu'il a dévié du droit chemin.

Bien que ce qu'il a fait ne l'excommunie pas, c'est quand même un acte plus grave que le péché majeur comme la fornication, la boisson d'alcool, le vol, le faux serment pour usurper le droit des autres etc… car un péché qu'Allah qualifie de mécréance est pire qu'un péché qui ne porte pas ce qualificatif.
Finalement, nous implorons Allah qu'Il guide tous les musulmans à recourir au jugement de Son Livre, Il est le Seul à pouvoir le faire.


Source :
Traduit par Ansaar Publications, revue et corrigé par Al-Mourabitoune.
Répondre en citant
  #5  
Ancien 26-01-07, 17:18
Aboû 'Oubayda al-Hindî
Invité
 
Messages: n/a
Par défaut

Appliquer des lois qui ne sont pas mentionnées dans le Qur’aan ou la Sunnah

du Shaykh Mouhammad Al Amîn Ach-Chanqîtî



Il est a noté que nous devons faire la différence entre les systèmes fabriqués par l'homme l'instrumentation qui implique l'incrédulité (kufr) au Créateur des cieux et de la terre, et les systèmes qui n'impliquent pas cela. Ceci peut être expliqué en décrivant les systèmes comme étant de deux types, administratifs et législatifs. En ce qui concerne les systèmes administratifs qui sont visés à organiser des choses pour les rendre plus facile d'une manière qui ne va pas à l’encontre de la shari'ah, il n'y a rien de mal en ça et personne parmi les Sahaabah ou ceux qui sont venus après eux ne s'est opposé à ça.

‘Umar (puisse Allaah être satisfait de lui) a fait beaucoup de choses de cette nature qui n'ont pas été faites au temps du Messager [une erreur est arrivée pendant le developpement de cette directive] (que la paix et les bénédictions d'Allaah soient sur lui), tel que noter les noms des soldats dans un registre pour voir ceux qui était présent et ceux qui était absent, bien que le Prophète [une erreur est arrivée pendant le développement de cette directive] (que la paix et les bénédictions d'Allaah soient sur lui) ne l'a pas fait et il n'avait pas su que ibn Maalik n'était pas présent pendant la campagne de Tabook jusqu'à ce qu'il atteint Tabook.

De même, ‘Umar (puisse Allaah etre satisfait de lui) a acheté la maison de Safwaan ibn Umayyah dans Makkah et l'a changé en prison, bien que ni le Prophète [une erreur est arrivée pendant le developpement de cette directive] (que la paix et les bénédictions d'Allaah soient sur lui) ni Abu Bakr aient établi une prison. De telles questions administratives qui sont projetées pour rendre les choses plus faciles et qui ne va pas à l'encontre de la shari'ah – comme organiser les affaires des employés et organiser les questions de travail d'une manière qui ne va pas à l'encontre de la shari'ah – sont une sorte de système fabriqué par l'homme qui est permise et qui ne va pas à l'encontre des principes fondamentaux de la shari'ah qui vise à s'occuper des intérêts publics.

Mais dans le cas des systèmes législatifs qui vont à l'encontre des lois du Créateur des cieux et de la terre, se référant à eux pour le jugement constitue l'incrédulité (kufr) au Créateur des cieux et la terre, comme proclamer que de donner la priorité aux mâles sur les femelles dans les questions d'héritage n'est pas juste et qu'ils devraient être donnés en parts égales, ou proclamer que la polygamie est une forme d'oppression, ou que le divorce est injuste envers les femmes, ou que le fait de lapider et de couper les mains etc. sont des actions barbares qui ne peuvent pas être fait légitimement à n'importe qui, et ainsi de suite.

Donc appliquer ce genre de système pour gouverner la vie des gens, la richesse, l'honneur, le lignage, les esprits et la religion constituent l'incrédulité (le kufr) au Créateur des cieux et la terre, et la rébellion contre le système divin qui a été établi par Celui Qui a créé Seul toute lùhumanité et Qui connait mieux ses intérêts. Glorifié et élevé soit-Il; Il est au-dessus d'avoir un autre législateur avec Lui.

"Ou bien auraient-ils des associés (à Allah) qui auraient établi pour eux des lois religieuses qu'Allah n'a jamais permises? Or, si l'arrêt décisif n'avait pas été prononcé, il aurait été tranché entre eux. Les injustes auront certes un châtiment douloureux." [al-Shouraa 42:21 – interpretation du sens]

"Que dites-vous de ce qu'Allah a fait descendre pour vous comme subsistance et dont vous avez alors fait des choses licites et des choses interdites? - Dis: "Est-ce Allah qui vous l'a permis? Ou bien forgez vous (des mensonges) contre Allah?"" [Younus 10:59 – interpretation du sens]


Source:
Adwaa’ al-Bayaan, 4/93.
http://salafiyyah-jadeedah.tripod.com/Governments/applying_laws.htm
Traduit de l’Anglais par notre soeur Oum Majda
Répondre en citant
  #6  
Ancien 26-01-07, 17:24
Aboû 'Oubayda al-Hindî
Invité
 
Messages: n/a
Par défaut

Statut de celui qui gouverne par autre chose que ce qu'Allah a révélé

du Cheikh Muhammad Saleh Munajjid



On a demandé au Cheikh Munajjid :
"Gouverner par d'autre lois que la Shari'ah est il du "Koufr Akbar" ou du "Koufr Asghar" ? c-à-d: de la grande mécréance (qui rend apostat) ou de la mécréance moindre (grand péché dont on doit se repentir et que l'on doit stopper immédiatement, mais qui ne fait pas sortir de la religion)

Réponse du cheikh :

Louange à Allah

Allah a donné l'ordre de se référer à Lui en matière de gouvernement, d'appliquer la shariah, et a interdit d'appliquer d'autres lois. Cela s'atteste clairement dans de nombreux versets du saint Coran qui traitent de l'application des dispositions révélées par Allah. Ces textes abordent les domaines que voici :

- l'ordre de gouverner par les lois révélées par Allah qui est donné dans les propos du Très Haut :
Juge alors parmi eux d'après ce qu'Allah a fait descendre (Verset 49)

- mise en garde contre l'abandon d'une partie quelconque de la shariah, conformément aux propos du Très Haut :
Ne suis pas leurs passions (Verset 49)

- interdiction de demander la mise en place d'un gouvernement non islamique » (djahiliyya). L'idée est exprimée sous la forme d'une interrogation de désapprobation. Ceci s'atteste dans les propos du Puissant et Majestueux :
Est-ce donc le jugement du temps de l'Ignorance qu'ils cherchent? (Verset 50)

- Précision portant sur le fait qu'aucun gouvernement n'est meilleur que celui d'Allah . À ce propos le tout Puissant et Majestueux :
Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme? (Verset 50)

- Précision portant sur le fait que celui qui ne gouverne pas selon la révélation d'Allah est un mécréant, un injuste et un pervers. À ce propos, le Très Haut dit :
Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, les voilà les mécréants (Verset 44)

Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, ceux-là sont des injustes (Verset 45)

Ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, ceux-là sont les pervers(Verset 47)

- Précision portant sur le fait que les Musulmans doivent se faire gouverner conformément à la révélation d'Allah, même si les gouvernants étaient des mécréants, en vertu des propos du Puissant et Majestueux :
Et si tu juges, alors juge entre eux avec justice (Verset 42)23
Gouverner sur la base d'autres lois que la révélation d'Allah est contraire à la foi et au tawhid qui constitue un droit d'Allah prescrit aux serviteurs.

Gouverner selon des lois autres que celles révélées par Allah peut constituer "Koufr Akbar ou Asghar" (une mécréance majeure ou mineure) selon les conditions. La mécréance majeure qui exclut son auteur de la religion comporte des cas dont ceux-ci :

1/ Celui qui établit des lois différentes de celle révélées par Allah le Très Haut. C'est à Allah seul qui n'a point associé qu'il revient le droit de légiférer. Quiconque le lui dispute devient un polythéiste en vertu des propos d'Allah : Ou bien auraient-ils des associés [à Allah] qui auraient établi pour eux des lois religieuses qu'Allah n'a jamais permises? [Sourate Achoura 42:21]

2/ Le fait que le gouvernant qui applique d'autres lois que celles révélées par Allah va jusqu'à nier la prééminence qui doit être reconnue au jugement d'Allah et celui de Son messager . Ceci est indiqué dans un commentaire d'Ibn Abbas relative à la parole d'Allah :
Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, les voilà les mécréants[Sourate Al Maidah 5 :44]
Ibn Abbas dit : « Celui qui nie ce qui a été révélé par Allah est un mécréant ».

3/ La préférence du jugement du Taghout au jugement d'Allah, ; que cette préférence soit absolue ou limitée à certaines question. À ce propos, le Très Haut dit :
Est-ce donc le jugement du temps de l'Ignorance qu'ils cherchent? Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme? [Sourate Al-Maidah 5:50]

4/ Considérer que le jugement d'Allah et celui du Taghout sont égaux. Allah, le Puissant et Majestueux a dit :
Ne Lui cherchez donc pas des égaux, alors que vous savez [Sourate Al-Baqarah 2:22]

5/ Autoriser un gouvernement contraire à celui d'Allah et de Son messager ou croire qu'il n'est pas obligatoire de gouverner par les lois révélées par Allah ou que cela est facultatif.

Ceci est une mécréance donc contraire à la foi. C'est pourquoi Allah, le tout Puissant et majestueux a révélé ceci :

Ô Messager! Que ne t'affligent point ceux qui concourent en mécréance; parmi ceux qui ont dit: ‹Nous avons cru› avec leurs bouches sans que leurs coeurs aient jamais cru et parmi les Juifs qui aiment bien écouter le mensonge et écouter d'autres gens qui ne sont jamais venus à toi et qui déforment le sens des mots une fois bien établi. Ils disent: ‹Si vous avez reçu ceci, acceptez-le et si vous ne l'avez pas reçu, soyez méfiants› [Sourate Al-Maidah 5:41]
*
Il (le Juif) dit : " Allez chez Muhammad ; s'il vous donne l'ordre de noircir (le visage) de l'accusé et de le flageller, acceptez-le. S'il vous dit de le lapider, méfiez-vous-en". C'est pourquoi Allah le Très Haut a révélé :
Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, les voilà les mécréants[Sourate Al Maidah 5 :44]

6/ Celui qui refuse catégoriquement par orgueil de gouverner selon les lois révélées par Allah est exclu de la religion, même s'il ne nie pas et ne démentit pas le gouvernement d'Allah .

Parmi les attitudes assimilables au refus et à l'abstention figure le fait de se détourner et de s'écarter (de la loi divine). C'est à ce propos qu'Allah a dit :N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers toi [prophète] et à ce qu'on a fait descendre avant toi? Ils veulent prendre pour juge le Taghout, alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l'égarement. Et lorsqu'on leur dit: ‹Venez vers ce qu'Allah a fait descendre et vers le Messager›, tu vois les hypocrites s'écarter loin de toi[Sourate An-Nisa' 4:60-61]

7/ Il existe des cas dans lesquels gouverner par des lois autres que celles révélées par Allah le Très Haut devient une mécréance majeure. C'est ainsi que Cheikh Muhammad ibn Ibrahim dit à propos de l'application de loi séculière : « c'est le cas le plus grave, le plus général et qui exprime le mieux l'opposition à Allah et à Son messager, la ressemblance avec les tribunaux religieux dans leur organisation, dans les matières qu'ils traitent, dans leur contrôle, dans leurs références, dans leurs diversifications, dans leur structuration, dans leurs ramifications, dans leur fonctionnement, dans leur manière d'imposer leurs décisions et dans leurs sources. Ce qui précède permet de résumer certains cas dans les quels le gouvernement par des lois autres que celles révélées par Allah constitue un (shirk) majeur.

- Etablissement de lois différentes de celles révélées par Allah ;

- négation ou contestation de la préférence à donner au gouvernement d'Allah et de Son messager ;

- préférence du gouvernement du Taghout au gouvernement d'Allah ; que la présence soit absolue ou limitées ;

- considérer que le gouvernement d'Allah et le gouvernement du Taghout sont égaux ;

- autoriser que l'on gouverne sur la base de lois autres que celles d'Allah et Son messager ou croire que gouverner selon les lois révélées par Allah n'est pas obligatoire ou qu'il est facultatif ;

- refuser de gouverner selon les lois révélées par Allah.

Le développement de ces éléments explique les aspects de ce qui doit être considéré comme du (Kufr Akbar" (une mécréance majeure) :

- écarter la shariah du gouvernement et son annulation à la manière de Moustapha Kamal en Turquie et d'autres. Le précité a annulé l'ensemble des codes tirés du livre "Majallah al Ahkaam al Adliyyah" qui était basé sur le mazhab Hanafi et y a substitué la loi laïque;

- abrogation des tribunaux religieux :

- soumettre l'application de la shariah à un vote au parlement. Ce qui implique que son application dépend de l'avis favorable de la majorité des membres ;

- considérer la shariah comme une source principale ou secondaire de législation à côté d'autres sources non islamiques, même si l'on dit que la shariah constitue la source principale de législation, cela n'en devient pas moins une mécréance majeure dans la mesure où cela implique la possibilité d'utiliser d'autres sources ;

- préciser dans les systèmes juridiques la nécessité de se référer au droit international ou indiquer dans les conventions qu'en cas de contentieux, ou devra se référer au tel tribunal ou au tel droit non musulmans.

- Préciser dans les commentaires généraux ou particuliers ce qui revient à remettre en cause la shariah en la qualifiant de sclérosée, d'incomplète ou d'aliénée ou en déclarant qu'elle ne convient pas à notre temps ou en affichant son admiration pour la loi laïque.

Quant à savoir à partir de quel moment le gouvernement selon des lois autres que celles révélées par Allah devient une mécréance mineure qui n'exclut pas son auteur de la religion, la réponse est que la décision du gouvernant ou du juge fondée sur des lois autres que celles révélées est considérée comme une mécréance mineure qui n'exclut pas son auteur de la religion. Si l'intéressé prend une telle décision par rébellion, par passion, pour le plaisir ou pour favoriser une personne à causse de la corruption etc. malgré sa croyance de la nécessité de gouverner selon les lois révélées par Allah et sa conscience que ce qu'il a fait est prohibé et constitue un pêché.

S'agissant des personnes gouvernées par des lois non islamiques, si elles acceptent de bon gré de se faire appliquer ces lois, leur attitude entraîne une mécréance majeure qui exclut son auteur de la religion. Mais si elles sont contraintes de s'y référer, leur attitude n'entraîne pas la mécréance, même si l'on se réfère à ces lois pour obtenir un droit que l'on ne pourrait obtenir que par ce biais, tout en croyant que ces lois émanent du Taghout.

Ceci dit, Allah est Le Plus Sachant.

Puisse Allah bénir notre prophète Muhammad.


Source :
chapitre "l'idolâtrie et ses différentes facettes", question 974, sélectionné et corrigé par Al-Mourabitoune
Répondre en citant
  #7  
Ancien 26-01-07, 17:28
Aboû 'Oubayda al-Hindî
Invité
 
Messages: n/a
Par défaut

Concernant ceux qui délaissent ou changent les lois de l'Islam

Par le Shaykh -ul Islâm Ahmad ibn Taymiyyah



On a demandé au Cheikh Al Islam :

"Quelle doit être la position des savants de la religion quant à ces Mongols qui ont envahi (avant de devenir musulmans) les pays Musulmans du Shams en 699H, et qui, comme il est bien connu, ont tué beaucoup de Musulmans, ont capturé certains de leurs enfants et ont volé les biens des Musulmans qu'ils ont trouvé ? Ils ont violé l'inviolable et ce qui est sacré dans la religion en humiliant les Musulmans et en profanant leur massajid, particulièrement Masjid Al Aqsa, en prenant la propre richesse des Musulmans et en dérobant d'énormes sommes de Bayt El Maal, ainsi qu'en capturant un grand nombre de Musulmans pour les enlever de leurs pays.

Ensuite, après tout cela, ils ont prétendu adhérer aux Shahadatayn (embrasser l'Islam) et qu'il est donc désormais haraam (illicite) à tout Musulman de leur déclarer la guerre, parce qu'ils ont prétendu être des adhérents aux fondements de l'Islam et parce qu'ils n'ont plus persécuté les Musulmans. Est-il légal de leur déclarer la guerre ou est ce même une obligation ? Si c'est le cas, pourriez vous nous dire pourquoi ? Donnez nous votre avis, puissiez vous en être récompensé"


Il (rahimahoullah) a répondu :

Louange à Allah, Seigneur des Mondes

Tout groupe qui délaisse, change, ou refuse de mettre en application une quelconque loi convenue et incontestée de l'Islam - que ce soit ces gens ou d'autres - doit être combattu jusqu'à ce qu'il adhère à TOUTES les lois de l'Islam. Ceci est une règle, même s'il prononce les Shahadatayn et adhère à certaines lois Islamiques, comme Abou Bakr As-Sadiq et les Sahabbas ont combattu ceux qui ont refusé la Zakat.

Les savants qui sont venus après les Sahabah furent également d'accord sur ce principe. Donc, malgré l'objection initiale faite par 'Omar à Abou Bakr , les Sahabbah (compagnons) ont consenti à déclarer la guerre pour les droits de l'Islam et en cela ils concordaient avec le Coran et la Sounnah.

De plus, le hadith du Prophète concernant les Khawarij est établi par dix chaînes de transmission, et, le Prophète a dit (dans celui-ci) qu'ils étaient les pires des gens, malgré sa parole :

"Vous regarderez de haut vos prières lorsque vous les comparerez à leur prières de même pour votre jeûne lorsque vous le comparerez au leur"

Ainsi, il est connu que si certaines personnes s'accrochent simplement à l'étiquette de l'Islam, sans adhérer à ses lois, l'obligation de les combattre n'est pas annulée.

Donc, quel que soit le groupe qui délaisse, change, ou refuse de mettre en oeuvre certaines des prières obligatoires, ou de participer au jeûne (du mois de ramadan), ou d'aller faire le Hadj, ou qui viole le sang et la richesse des Musulmans, ou qui autorise la consommation de drogue, ou l'adultère, ou la fornication, ou le jeu, ou le mariage avec des maharem, ou qui ne déclare pas la guerre aux mécréants, ou n'impose pas la jizyah aux Juifs et aux Chrétiens, ou une autre question des obligations et des prohibitions de la religion pour lesquelles il n'y a aucune excuse de s'abstenir, alors la guerre DOIT être DECLAREE à ce groupe MEME s'il accepte le fait que ces obligations ou prohibitions font partie de la religion. Et je ne connais aucun désaccord parmi les savants à cet égard.

Là où les savants ont divergé c'est concernant le groupe qui insiste pour délaisser certaines Sounnah, comme les rouk'atayne faites avant la prière du Fajr, l'appel au Adhan et à l'Iqamah (parmi ceux qui ne les considèrent pas comme obligatoire) et d'autres pratiques Islamiques du même genre. Les savants ont divergé quant à la question : "Est-ce que le groupe qui délaisse de telles pratiques doit être combattu ou non ?"

Cependant, en ce qui concerne les obligations incontestées et les prohibitions que nous avons mentionnées auparavant, il n'y a aucune divergence sur le fait de leur déclarer la guerre.

Et le groupe qui refuse [des choses] de l'Islam est considéré par les savants versés (dans la science) comme ayant un statut différent d'Al-Boughat (ceux qui sortent contre le gouverneur, ou s'opposent à son obéissance). Un exemple parmi ces derniers, ce sont les gens du Sham qui se sont rebellées contre Amir El Mou'minine Ali ibn Abi Talib ; gens qui ont refusé d'obéir à un dirigeant en particulier, qui se sont rebellé contre lui et ont essayé de l'enlever. Or le premier groupe est sorti de l'Islam et a la même position que eux qui ont refusé [de payer] la zakat et la même position que les Khawarij que Ali ibn Abi Talib a combattu.

Et Ali s'est battu contre les gens de Basra et du Sham différemment des gens de Nahrawan; son comportement avec les gens de Basra et du Sham était comme celui qu'a un frère avec un autre alors que son comportement avec les Khawaarij n'était pas comme ça. Et les preuves dans les ahadith du Prophète ont établit la base du consensus des Sahaabah autour d'Abu Bakr As-Sadiq dans sa guerre contre ceux qui refusent la Zakat et la guerre qu'a menée Ali contre les Khawarij. Et c'est différent de la fitnah (discorde) des gens de Basra et du Sham - les textes du Coran et les Ahadith confirment cela et les compagnons se sont divisés sur ce fait (c'est-à-dire la fitnah derrière les Batailles de Jamal et Siffine concerne des croyants contre des croyants).

Certains savants défendent le fait que les gens de la rébellion (Ahl Al Baghi), qu'il est obligatoire de combattre sont ceux qui se sont rebellés contre "Al Imam" (le dirigeant) parce qu'il a fait une mauvaise interprétation acceptable concernant certains textes du Coran et des Ahadith, et qui ont justifié leurs actions par cela et non ceux qui ont simplement refusé de lui obéir.

D'autres considèrent les deux groupes comme étant des Boughat. Néanmoins, il y a une distinction nette entre les Boughat et les Mongols et je n'ai connaissance d'aucune divergence d'opinion quant à l'obligation de déclarer la guerre à ceux qui délaissent, changent ou refusent de mettre en oeuvre une quelconque loi incontestée de l'Islam.
*
Maintenant que ce principe a été établi, on doit indiquer que l'armée des gens au sujet desquels vous me questionnez est composée de quelques mécréants parmi les chrétiens et les moushrikines (associateurs), ainsi que d'autres qui s'affilient à l'Islam (et ils forment la majorité). Ils prononceront les Shahadatayn si elles sont exigées d'eux et ils vanteront le Messager d'Allah , alors que seule une minorité d'entre eux prie et que la plupart d'entre eux jeûne pendant le Ramadan plus qu'ils ne prient. Le Musulman, dans son évaluation, est plus grand que d'autres qui gardent les croyants juste dans leur estime. Ils maîtrisent quelques éléments de l'Islam et diffèrent dans la manière à laquelle ils y adhèrent. Cependant la plupart d'entre eux ont délaissé beaucoup de choses, la plupart des aspects obligatoires de la Religion et c'est pourquoi on se bat avec eux.

Ils appellent par exemple à l'Islam mais ne se battent pas avec ceux qui le délaissent; en effet, celui qui se bat pour l'Etat des Mongol est honoré par eux et ils ne le menaceront pas même s'il est un ennemi d'Allah et de Son Messager. Alors que si quelqu'un conteste l'Etat des Mongols ou l'attaque, ils considéreront comme permis le fait de se battre avec lui, même s'il est parmi les meilleurs Musulmans. Ils n'appellent pas au Jihaad contre les incrédules, ils ne font pas non plus obéir Ahl Al-kitaab et ne les forcent pas à payer la Jizyah (comme cela est ordonné dans le Coran, verset 9:29). Ils n'interdisent pas aux gens de leurs troupes d'adorer ce qu'ils aiment, comme le soleil, la lune, ou quoi que ce soit d'autre.

Ce qui ressort de leur conduite est que le Musulman a, pour eux, le même statut que les Musulmans donneraient à une personne honnête et juste, tandis que le Mécréant a, à leurs yeux, le même statut que les Musulmans donneraient à un Fâsiq ou quelques Musulmans qui délaissent les actes de bonté (nawaafil) volontairement. En outre, la majorité d'entre eux ne considère pas le sang et la richesse des Musulmans comme étant illicites, sauf lorsque leur Sultan le leur interdit. Ils ne cessent de s'approprier le sang et la richesse des Musulmans et si leur Sultan le leur interdit, ils obéiront parce qu'il est le Sultan et non à cause de la religion. La majorité d'entre eux ne paye pas leur impôt obligatoire – ni prière, ni Zakaat, ni Hadj, etc.

De la même manière, ils ne gouvernent pas selon les Lois d'Allah, mais jugent plutôt selon des règles qui sont en accord avec l'Islam sur certains points et en désaccord sur d'autres. Aussi le fait de se battre avec ce type de gens est obligatoire selon l'accord des Musulmans ; personne qui connait cette religion qu'est l'Islam et la vérité à propos de ces gens ne doutera de cela - parce que ce chemin dans lequel ils sont et cette vrai Religion qu'est l'Islam ne pourront jamais être réconciliés. Et s'il est obligatoire de se battre avec ces Kurdes, Bédouins et autres habitants du désert qui n'adhèrent pas à la Shari'ah Islamiya (la loi islamique), bien que leur maladie ne se soit pas étendue aux villes, alors que dire des Mongols ?...

Oui, il est OBLIGATOIRE de se battre avec eux de la manière imposée par la Shari'ah, qui inclut le fait de les inviter à adhérer aux lois de l'Islam si la da'wah vers la religion complète ne les a pas atteints, de même que l'on doit d'abord inviter "Al-kafir Al-harbi" aux Shahadatayn si la Da'wah ne les a pas atteints.

Si ceux qui prennent les armes contre ce groupe le font de manière complètement conforme à la Shari'ah dans leurs mots, actes et intention (niyah), alors c'est LA MEILLEURE FACON de chercher la satisfaction d'Allah , d'établir Sa religion et d'obéir à Son Messager . Et si ceux qui se battent contre des gens tels que les Mongols montrent quelques perversions, ou transgressent contre l'ennemi de façon non condamné par la Shari'ah, ou ont une intention corrompue dû au combat pour le pouvoir mais que le mal de ne pas se battre contre le groupe 'de négateur' a des conséquences plus mauvaises pour l'Islam que le combat aux côtés de gens corrompus alors il est OBLIGATOIRE de se battre avec eux pour empêcher le plus grand des deux maux ; c'est un des Oussoul (principes) de l'Islam qui doit être gardé en mémoire.

C'est un Oussoul de Ahl Es-Sounnah wa-l-Jama'ah que de rejoindre les raids militaires avec chacun de leurs dirigeants, qu'ils soient justes ou injustes, parce qu'Allah facilite parfois cette Religion par le "faajir" ou les gens sans valeur et méprisables, comme mentionné par le Prophète . C'est aussi un Oussoul parce que le fait de ne pas être capable de rejoindre les raids militaires [même] avec des commandants injustes ou avec des soldats parmi lesquels la perversion s'est répandue pourrait avoir comme conséquences la victoire et la conquête d'autres gens qui sont encore plus nuisibles pour la Religion et le Dounya.

Donc rejoindre l'expédition militaire avec des commandants et soldats injustes est un moindre mal et mène (au moins) à l'établissement de la plupart des Lois de l'Islam, si ce n'est toutes.

Et c'est ce qui est obligatoire dans cette situation et toute situation semblable. En effet, la plupart des expéditions militaires qui ont eu lieu après le temps des Khoulafa Ar-Rashidin (Calife bien Guidé) l'ont été dans ce contexte.

Le Prophète , a dit :

"S'accrocher aux toupets des chevaux sera une bonne chose jusqu'à Yawm Al-Qiyyamah (le Jour de la Résurrection) - la récompense et le butin. "

Ce hadith authentique soutient la signification d'un hadith relaté par Abou Daoud dans son Sunnan :

"Des expéditions militaires (Al-ghazw) existeront du temps où je fus envoyé par Allah jusqu'au jour où ma communauté combattra le Dadjal. Elles ne seront supprimer par la tyrannie d'un tyran ni par la justice d'un dirigeant."

Aussi, il est bien connu que le Prophète , a dit :

"Un groupe de ma communauté restera toujours triomphant sur la vérité. Ceux qui divergeront d'eux ne leur porteront pas préjudice jusqu'à Liyawm Al Qiyyamah."

Ce hadith est simplement un texte parmi ceux du Coran et de la Sounnah auxquels Ahl Es Sounnah Wal Jama'ah, seul parmi tous les groupes, a consenti à adhérer en rejoignant les dirigeants, justes ou injustes, dans leur Jihaad contre quiconque le mérite et ceci à la différence des Rafidhah (Ceux qui rejette, les Shi'ah) ou des Khawarij, qui ne font pas partie d'Ahl El Sounnah Wal Jama'ah.

Cependant, le Prophète a aussi dit :

"Il y aura des gouverneurs injustes, déloyaux et pervers, quiconque croira leurs mensonges et les aidera dans leur injustice, il ne sera pas des miens et je ne serai pas des siens et il ne viendra pas se désaltérer dans Al Hawdh (le bassin du Prophète ). Par contre celui qui ne croit pas en eux à cause de leurs mensonges et ne les aide pas dans leurs injustice, alors il est de Moi et je suis de lui et il atteindra Al Hawdh".

Ainsi, si une personne sait ce que le Prophète a ordonné en terme de Jihaad concernant le fait de se rallier aux gouverneurs jusqu'au Jour du Jugement et s'il sait aussi que le Prophète a interdit le fait d'aider les injustes dans leur injustice, alors il saura [que] la voie du juste milieu - qui est la religion pure de l'Islam - est de participer au Jihaad contre toute personne qui le mérite, comme ces gens sur qui l'on me questionne, à côté de n'importe quel dirigeant et groupe qui sont plus proches de l'Islam que eux ne le sont. Et c'est [seulement] s'il n'est pas possible d'établir le Jihaad contre eux d'une autre façon.

Il faut également éviter d'aider le groupe dans lequel on est dans tout ce qui implique la désobéissance à Allah. On ne doit leur obéir que dans l'obéissance à Allah et ne pas leur obéir en désobéissant à Allah. Pour cela, il n'est pas permis d'obéir à quiconque dans la désobéissance au Créateur. C'est la meilleur des voies de cette Oumma, dans les temps anciens comme nouveaux, et cette voie est obligatoire sur chaque mukallaf (personne saine d'esprit). C'est la voie du juste milieu, entre la voie de Al Harouriyyah (les Khawarij) et de leurs semblables qui, par leur connaissance déficiente, suivent le chemin d'une piété déficiente - et la voie des Murji'ah et de leurs semblables, qui suivent le chemin de l'obéissance complète aux dirigeants, même s'ils sont injustes.

Nous demandons à Allah de guider nos frères Musulmans vers ce qu'Il aime et ce qui Le satisfait, que ce soit en paroles ou actions.

Et Allah est Le Plus Savant, puisse la Paix et les Bénédictions d'Allah être sur notre Prophète Muhammad et sur sa famille et Compagnons.


Source :
Extrait de Majmou' Al-fatawa, Volume 28, pg 501-508,
traduit par Al-Mourabitoune
Répondre en citant
  #8  
Ancien 13-01-08, 10:41
Invité
Invité
 
Messages: n/a
Par défaut Paroles de ‘Ulamaa concernant le faire de juger avec autre que ce qu’Allah a révélé

Paroles de ‘Ulamaa concernant le faire de juger avec autre que ce qu’Allah a révélé



[Epître corrigé le 06/05/2013
Barak Allahu fikum de supprimer l'ancien et de télécharger le nouveau, remplacé dans le premier post.]

Dernière modification de Support Technique, 01-05-09 à 14:00
Répondre en citant
  #9  
Ancien 12-02-08, 08:27
Invité
Invité
 
Messages: n/a
Par défaut

Paroles de ‘Ulama concernant le fait de Juger avec autre que ce qu’Allah a révélé
________________________________________


Ce qui va suivre est une liste de plusieurs savants acceptés par les Salafiyin, avec leurs paroles concernant le sujet de ceux qui jugent avec autre que ce qu’Allah (Subhanahu wa-Ta'ala) a révélé.

--------------------
1. Imam Ibn Jarir At-Tabari (d. 310H):

“Allah ta’ala dit, quiconque dissimule le Hukm d’Allah, qu’Il a révélé dans Son Livre et don’t Il en a fait une loi pour les serviteurs – donc quiconque le cache et juge avec autre que ca comme le Hukm des Juifs concernant les fornicateurs mariés en fouettant le coupable et en noircicant son visage et dissimule le Hukm de la lapidation et de même comme leur jugement sur certaines personnes assassinées ou le prix du sang entier est demandé alors que sur d’autres la moitié du prix du sang en est demandé. Et aussi à propos des nobles gens qui obtiennent le Qisaas alors que les gens du commun obtiennent uniquement le prix du sang. Mais Allah les a rendu tous égaux dans la Torah: …de tels gens sont des Kuffar. Ils dissimulent la vérité alors qu’on leur a demandé de la montré et de la clarifié. Et ils l’ont caché devant les gens et en ont montré quelque chose de different et ont jugé avec (ce Hukm changé) à cause d’un bien qu’ils leur ont pris.” – "Tafsir Al-Tabari", Vol. 4/592.

[* L’opinion des Salaf et des ‘Ulama est que ces Ayat sont générales pour quiconque fait ce que les Juifs ont fait, et un tel acte est du Kufr Akbar. C’est une compréhension claire qui a notamment été solide parmi les imam Najdi de la Da’wah, incluant Shaykh Abdul-Latif ibn Abdur-Rahman Aal ash-Shaykh, qu’Allah leur fasse miséricorde à tous.]

------------------------
2. Imam Ibn Hazm al-Andalusi (d. 456H):

“Quiconque juge avec l’Evangile dans les affaires ou il n’y a aucun textes venant de la révélation dans la Shari’ah de l’Islam, alors il est un Kafir Mushrik qui sort de l’Islam.” - "Ihkaam al-Ahkaam Fi Usool al-Ahkaam", 5/153.

[* Si c’est le cas concernant ceux qui jugent avec un Livre révélé d’avant [l’Islam] que dire alors de ceux qui jugent avec autre que la Révélation?]
Répondre en citant
  #10  
Ancien 12-02-08, 10:22
Avatar de Junayd
Junayd Junayd est déconnecté
الموت على التوحيد
 
Inscrit : 06-02-08
Messages: 62
Par défaut

Assalamou 'alaykoum wa rahmatoulahi wa barakatouhou,

Je n'ai pas bien saisi le sens de cette parole :

Citation:
“Quiconque juge avec l’Evangile dans les affaires ou il n’y a aucun textes venant de la révélation dans la Shari’ah de l’Islam, alors il est un Kafir Mushrik qui sort de l’Islam.” - "Ihkaam al-Ahkaam Fi Usool al-Ahkaam", 5/153.
S'il n'y a aucun texte venant de l'Islam dans cette affaire,alors avec quoi peut il juger? Et le fait de prendre autre chose s'il n'y a rien dans la Shari'ah, pourquoi est-ce du chirk? (comme alors le code de la route...)

barakallahou fik

Surement j'ai mal compris la phrase...
Répondre en citant
  #11  
Ancien 12-02-08, 21:35
Abdelmoutaal Abdelmoutaal est déconnecté
Banni définitivement
 
Inscrit : 28-12-06
Messages: 122
Par défaut

Citation:
Envoyé par Junayd Voir le message
Assalamou 'alaykoum wa rahmatoulahi wa barakatouhou,

Je n'ai pas bien saisi le sens de cette parole :



S'il n'y a aucun texte venant de l'Islam dans cette affaire,alors avec quoi peut il juger? Et le fait de prendre autre chose s'il n'y a rien dans la Shari'ah, pourquoi est-ce du chirk? (comme alors le code de la route...)

barakallahou fik

Surement j'ai mal compris la phrase...
Salam aleykoum

Ibn Hazm parle de celui qui juge d'apres une loi de l'évengile qui n'a pas été reprise par le Coran, c'est à dire celui qui juge d'apres une loi de l'évengile abrogée par le Coran : celui qui fait cela est un mécréant.

Quant au fait de dire qu'il existe une situation où il n'y a rien dans la chari'a, c'est une erreur colossale, Allah a dit :
" Et Nous avons expliqué toute chose d'une manière détaillée. " sourate 17 verset 12
Et Allah a dit dans sourate 12 verset 111:
"Dans leurs récits il y a certes une leçon pour les gens doués d'intelligence. Ce n'est point là un récit fabriqué. C'est au contraire la confirmation de ce qui existait déjà avant lui, un exposé détaillé de toute chose, un guide et une miséricorde pour des gens qui croient. "

Il y a donc dans le Coran et la Sunnah, une réponse détaillée pour toute chose, et ceci sous deux formes :
Soit directement
Soit indirectement.

- Directement c'est à dire lorsqu'ALlah a expliqué exactement la marge à suivre dans une situation donnée.

- Indirectement c'est à dire qu'Allah n'a pas parlé d'un cas donné mais a expliqué que faire lorsqu'on se retrouve face à une nouvelle situation : "Si vous divergez sur quoi que ce soit renvoyez le à Allah et à SOn messager si vous croyez en Allah et au jour dernier"
Allah a dit "sur quoi que ce soit" et non pas "Sur ce qui se trouve dans le Coran" dans le sens où Allah n'a pas limité le recours à Son livre et la sounnah uniquement en ce qui concerne ce qui a été directement expliqué dans le Coran, mais bien pour TOUTES CHOSES, et Allah n'ordonne pas l'infaisable, cela prouve donc que pour toute chose il existe une solution dans la sounnah,

Mouhammad Amin Chanqiti a dit :
Ceci s’élucide lorsqu’on sait qu’un système peut être de deux formes : soit législatif, soit administratif. L’objectif du système administratif est de préciser les choses et les perfectionner d’une manière qui ne va pas à l’encontre de la loi islamique. Dans ce cas, il n’y a pas de mal, et aucun compagnon ne s’y est opposé ni ceux qui leur ont succédé. ‘Omar Ibn Al Khattab avait d’ailleurs fait beaucoup de ce genre de choses, qui n’existaient pas à l’époque du prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam, comme le faite d’inscrire dans des registres le nom des soldats, afin d’améliorer l’organisation, et de savoir qui est absent et présent. Nous avions déjà expliqué l’objectif de cela dans la sourate « Bani Isra’il »[…]

Et le prophète ne pris connaissance de la désertion de Ka’b ibn Malik lors de la bataille de Taboûk qu’après être arrivé à Taboûk. De même, Omar acheta la maison de Safwan ibn Oumiya et en fit une prison à la Mecque, alors que le prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam n’avait pas pris de prison ni même Abou Bakr. Ce genre de choses administratives, qui servent à amélioré l’organisation, sans aller à l’encontre de la loi d’Allah, il n’y a pas de mal dans cela. De même, les règlements des fonctionnaires, les règlements administratifs du travail, sans que cela aille à l’encontre de la loi d’Allah, il n’y a pas de mal dans l’établissement de ce genre de règlements, et cela ne sort pas des principes légaux, afin de préserver l’intérêt commun. "

De ce faite, quelque soit ce qui est légiféré, cela ne peut etre fait que sur base du Coran et de la sounnah, en respectant les principes de l'Islam dans le domaine de l'interet (al masâlih al moursala)

De ce faite, le code de la route n'est un code agrée par Allah que s'il est codifié dans le but de préserver les ordonnaces d'Allah concernant la justice sur la terre et kla préservation du sang des musulmans et de leur santé etc...

Par contre, celui qui fait des lois sur base du principe que c'est lui qui fait la loi, alors toute loi émanant de lui est un Taghout, que cette loi contredise l'Islam ou non; exemple:
Si un législateur dit "On coupera la main de tout voleur car tel est la volonté du parlement ou du roi ou autre" sans que cela ne soit fait par obéissance à Allah : c'est un Taghout.

Et ceci est une chose claire : Gengis Khan s'était inspiré sur le Coran, la torah et l'evangile et d'autre textes, ainsi que sa propre cervelle, et il y avait dans le Yasiq des lois qui ne contredisent pas celle d'Allah comme par exemple : La peine de mort pour l'adultérin marié, pour le sorcier, pour l'homosexuel...

Et malgré cela Ibn Kathir mentionna l'unanimité des musulmans sur la mécréance de celui qui recours au Yasiq, sans faire de différence entre celui qui recours dans ce qui contredis la loi d'Allah ou ce qui ne la contredis pas;

Donc, le code de la route est un Taghout s'il est codifier sur le principe que la législation n'est pas à Allah

Et il est islamique s'il est établi par obéissance d'Allah et de son messager.

Et Allah sait mieux.

Dernière modification de Abdelmoutaal, 12-02-08 à 21:38
Répondre en citant
  #12  
Ancien 13-02-08, 18:52
ibrahim83 ibrahim83 est déconnecté
Membre Fidèle
 
Inscrit : 13-11-07
Messages: 114
Par défaut

Salam alaykoum,

Fatwa de cheikh moqbil sur les gouverneurs



question:

la contrainte et l'ignorance sont des excuses parmi les excuses légiférées comme vous l'avez déjà mentionné, mais est-il possible que le gouverneur qui juge parmi les musulmans soit contraint ou bien est-il possible qu'il ignore la légifération d'Allah et pour cette raison il ne juge pas selon celle-ci; l'excusons nous donc pour son ignorance ou bien applique-t-on sur lui le verset "celui qui ne juge pas selon ce qu'Allah a révélé, les voilà les mécréants" (sourate maida verset 44) si ce n'est ni ceci ni cela?

réponse:

la contrainte a lieu lorsqu'il a peur pour sa personne ou pour son honneur et qu'il ait à supporter ce qu'il ne peut pas, mais le gouverneur n'est pas contraint, il peut s'isoler ou bien quitter le gouvernement, mais il ne le fait pas uniquement car il est éprouvé par le pouvoir. Quand à la question de l'ignorance, la plupart des gouverneurs des musulmans ne sont pas ignorants. Et de ce qu'il est important à signaler c'est le fait que celui qui se détourne n'est pas comme l'ignorant. Celui qui se détourne est celui à qui tu veux transmettre ensuite il se détourne de toi et il n'est pas excusé de son ignorance.

source: غارة الأشرطة deuxième volume, page 449




Allah a mis les combattants au-dessus des non combattants en leur accordant une rétribution immense[Sourate An-Nisâ' 4:95]
Répondre en citant
  #13  
Ancien 14-02-08, 01:22
Avatar de Junayd
Junayd Junayd est déconnecté
الموت على التوحيد
 
Inscrit : 06-02-08
Messages: 62
Par défaut

Assalamou 'alaykoum wa rahmatoulahi wa barakatouhou,

Barakallahou fik, akhi Abdel Moutaal pour ton explication, je comprend mieux al hamdoulilah

Jazakallahou kheir

Dernière modification de Junayd, 14-02-08 à 02:10
Répondre en citant
  #14  
Ancien 26-02-08, 10:26
Invité
Invité
 
Messages: n/a
Par défaut

3. Shaykh al-Islam Ibn Taymiyyah (d. 728H):

"Lorsqu’une personne rend Halal ce qui est Haram par consensus ou rend Haram ce qui est Halal par consensus ou encore remplace la Shari’ah par consensus, alors il est un Kafir selon les savants du Fiqh." - "Al-Fataawa", Vol. 3/267.

"La Shari’ah qu’Allah ta’ala a révélé, qui est le Qur’an et la Sunnah qu’Allah a envoyé à Son Messager, personne parmi la création est autorisé à les délaissés. Et personne ne les délaisse si ce n’est un Kafir." - "Al-Fataawa", Vol. 11/262.

"Il est connu par nécessité dans le Din des Musulmans et à l’unanimité des Musulmans que celui qui suit une Shari’ah autre que la Shari’ah de Muhammad alors il est un mécréant et c’est comme le kufr de celui qui croit en une partie du Livre et mécroie en une autre." –"Al-Fataawa", Vol. 28/524.

"Un savant qui abandonne ce qu’il a appris du Qur’an et de la Sunnah et qui suit un gouverneur qui ne juge pas selon les enseignements d’Allah, subhanahu wa-ta'ala, et de Son Messager, salla Allahu 'alayhi wa sallam, est un apostat et un mécréant qui mérite la punition dans ce monde et dans l’Au-delà." –"Al-Fataawa", Vol. 35/373.

"Si le gouverneur est religieux, et qu’il juge par ignorance sans connaissance, il finira dans le Feu. Mais si il connait les lois Divines et qu’il juge avec autre que la vérité de ce qu’il connait, alors il fera parti des gens de l’Enfer. Et s’il juge injustement et sans connaissance, il mérite encore plus d’aller en Enfer. Ceci dans le cas ou il juge un cas individuel, mais s’il juge un cas qui concerne le publique, et change la vérité en faux, et le faux en vérité, la Sunnah en Bid’ah ou la Bid’ah en Sunnah, le bien en mal ou le mal en bien, et s’oppose aux commandements d’Allah et de Son Messager et commande ce qu’Allah et Son Messager ont interdit, alors c’est une (autre) chose qui doit être jugé par Allah, le Rabb des Mondes, et le Ilaah des Messagers, le Propriétaire du Jour du Jugement, à qui appartient toutes les louanges du début et de la fin." - "Al-Fataawa", p. 388.

"Il ne fait aucun doute que celui qui ne croit pas qu’il incombe de juger avec ce qu’Allah a envoyé à Son Messager est un mécréant. De ce fait celui qui considère licite de juger entre les gens selon ce qu’il estime être justice sans adhérer à ce qu’Allah a envoyé est aussi un mécréant.

Il n’y a qu’une nation qui enjoint le jugement avec justice, bien que la justice selon leur religion est ce que leurs chefs considèrent comme tel. Il y a beaucoup de gens qui prétendent être Musulmans, qui jugent avec leurs moeurs et leurs coutumes qui n’ont pas été révélé par Allah, telles que les coutumes des Bédouins, qu’ils ont hérité de leurs ancêtres qui étaient des gouverneurs obéis. Ils croient que de telles coutumes doivent être appliquées, en excluant le Livre et la Sunnah, une telle croyance est de la mécréance.

"Il y a beaucoup de gens qui acceptent l’Islam, mais ne jugent qu’avec les coutumes d’auparavant qui sont ordonnées en obéissant à des seigneurs (taghut). Ces gens savent qu’il n’est pas permis de juger avec autre que ce qu’Allah a révélé, mais ne les appliquent pas [les lois de l’Islam], plutôt ils considèrent licite le fait de juger avec autre que ce qu’Allah a envoyé, ceux-là sont des mécréants." - "Minhaaj as-Sunnah".

[* Et c’est la règle que le Shaykh, le mujahid de son époque, a exécuté concernant les Tartars. Car ils ont suivis Al-Yaasiq, un loi constituée d’éléments venant de diverses religions et des lois que Genghis Khan avait forgé. Ils ont agis ainsi en omettant le Qur’an et la Sunnah, alors qu’ils se prétendaient Musulmans. Leurs actes ont rendu leur sang Halal et le Jihad contre eux fut une obligation.]
Répondre en citant
  #15  
Ancien 01-03-08, 10:37
Invité
Invité
 
Messages: n/a
Par défaut

4. Imam Ibn Qayyim al-Jawziyyah (d. 751H):

"(Un taghout est) tout ce qui dépasse les limites (que ce soit dans l’adoration), le suivit ou dans l’obéissance. Donc le taghout des gens est celui qu’ils placent comme juge en dehors d’Allah et de Son Prophète, ou quelqu’un qu’ils adorent en dehors d’Allah, ou qu’ils suivent sans prendre en considération Allah, ou bien qu’ils obéissent dans une affaire [tout en désobéissant] à Allah. Quiconque ne juge ou ne se tourne pas vers ce que le Messager d’Allah a apporté comme jugement suit une fausse divinité." - "E'laam Al-Muwaaqi'in," vol. 1/50.

--------------------------------------------------------------------------

5. Al-Haafidh Ibn Kathir (d. 774H):

"Allah ta’ala a fait le Inkaar (c à d, s’est objecté fortement) envers celui qui se détourne de la Shari’ah d’Allah, les lois qui sont bonnes pour les Musulmans, les lois qui interdisent ce qui est mauvais. Allah rejette ceux qui suivent les lois de leurs passions et qui adoptent des lois de Kufr telles que les lois forcées par les Tartars qui étaient sous le contrôle de Genghis Khan, leur roi. Ces lois étaient un mélange de Judaïsme, Christianisme et de lois choisies par leur roi qui suivait ses passions. Devrions nous préférer ces lois à celles de la Shari’ah d’Allah et de Son Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam)?! Quiconque le fait est un Kaafir et le tuer en devient Waajib!" - "Tafsir Ibn Kathir", explication de la Surah Al-Ma'idah, Ayah 50.

"Quiconque délaisse la Shari’ah claire, qui a été révélé à Muhammad Ibn Abdullah, le Sceau des Prophètes, et prend le Hukm d’autre chose que cela parmi les lois du Kufr qui sont abrogées, il a mécrut. Donc que dire de celui qui prend le Hukm du ‘Yasiq’ (loi des Tartars qui est un mélange de lois de la Shari’ah et de lois inventées) et le met avant elle [la Shari’ah de l’Islam]?! Quiconque agit ainsi, il a mécrut à l’Ijmaa’ des Musulmans." – "Al-Bidaayah wa Nihaayah", Vol. 13/118-119.

--------------------------------------------------------------------------

6. Shaykh al-Islam Muhammad ibn Abdul-Wahhab (d. 1205H):

"En vérité ces tawaghit, auxquels les gens croient, qu’il est obligatoire de leur obéir avec Allah – ils sont tous des Kufar apostats de l’Islam.

"Comment pouvez-vous dire non?! Lorsqu’ils rendent halal ce qu’Allah a rendu haram, et rendent haram ce qu’Allah a rendu halal, et qu’ils cherchent à corrompre la terre avec leurs paroles, leurs actes et leur soutient? Quiconque les soutient, ou critique celui qui applique le Takfir sur eux, ou qui affirme que leurs actes – bien qu’ils soient erronés – ne les font pas sortir de l’Islam, alors le moins que l’on puisse dire de ce soutient est que [celui qui le fait] est un faasiq, car le din de l’Islam ne peut se tenir droit sauf en s’innocentant de ces gens, et en appliquant le takfir sur eux." - "Ar-Rasaa'il ash-Shakhsiyyah", p. 188.

"Le mot Taghout est général. Tout ce qui est adoré en dehors d’Allah, tout en étant satisfait de cette adoration – que ce soit quelque chose qui est adorée, quelqu’un qui est suivit, ou quelqu’un à qui l’on obéit dans la désobéissance à Allah et à Son Messager, alors tout cela est considéré Taghout. Les Tawaghit (pl. de Taghout) sont nombreux, mais il y en a cinq principaux:…

"Le Second: Le gouverneur tyrannique et oppressif qui changent les lois d’Allah. La preuve de cela en est la parole d’Allah, ‘N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers toi [Prophète] et à ce qu'on a fait descendre avant toi? Ils veulent prendre pour juge le Tagut, alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l'égarement.’ (Surah An-Nisaa: 60)". - "Ma'anaa at-Taghoot wa-Ru'oos Anwaa'ihi
Répondre en citant
  #16  
Ancien 01-03-08, 16:48
abderahman abderahman est déconnecté
abderahman
 
Inscrit : 24-11-07
Messages: 483
Par défaut


tout ceci est claire,mais alors pourquoi y a t-il des gens qui se revendic sur le chemins des séléf qui disent le contraire ou un autre sens de ses fatawa des savant que vous avez citer plus haut,et le plus bizard c'est qu'ils disent que ses fatawa viennent de certaint savants que vous avez citer.

comme par exemple moi je dit qu'un savant a dit ceci,et un autre dit que le méme savant a dit cela,et les deux dir du savant se contredisent.
Répondre en citant
  #17  
Ancien 24-03-08, 12:47
Invité
Invité
 
Messages: n/a
Par défaut

7. Imam Ash-Shawkani (d. 1250H):

"Maintenant nous allons vous clarifier la condition du second type qui est le Hukm des gens d’un état qui ne sont pas sous le commandement de cet état....

Ils jugent et prennent le jugement de ceux qui connaissent les Ah’kaam des Tawaghit dans toutes les affaires qui sont à leur charge et il prenne (le jugement) d’eux sans faire d’Inkaar et sans aucune honte d’Allah et de Ses serviteurs, ils ne craignent personne, ils jugent avec ça tous les gens qu’ils peuvent atteindre parmi les citoyens et ceux qui sont proches d’eux. C’est quelque chose de connue, que personne ne peut nier, c’est bien connu. Il n’y a aucun doute que ceci est du Kufr en Allah, subhanahu wa-ta'ala et en Sa Shari’ah, qu’Il a ordonné par la langue de Son Messager et qu’Il a choisit pour Ses serviteurs dans Son Livre et par la langue de Son Messager. Ils mécroient même en toutes les lois du temps d’Adam (alayhi salam) jusqu’à nos jours et le Jihaad contre eux en devient Waajib.

Il est connu dans les lois de la pure Shari’ah et de ses textes que quiconque combat ces gens, cherche l’aide d’Allah et est sincère, alors il fera parti des victorieux et il sera récompensé car Allah donnera la victoire à quiconque Le soutient. Et: Si vous donnez la victoire à Allah, Il vous donnera la victoire et raffermira vos pas. La récompense est réservée aux Muttaqun.

Donc, si celui qui est capable de les combattre, abandonne le Jihad contre eux, alors il se met sous la menace du châtiment qui descendra sur lui et il méritera ce qui lui arrive car Allah a placé au dessus des gens de l’Islam certains groupes comme punition pour eux car ils n’ont pas délaissé les Munkaarat et ils n’ont pas essayé d’adhérer à la pure Shari’ah comme cela s’est passé avec la conquête des Khawaarij dans les débuts de l’islam, puis la conquête de Qaramatah et Batiniyah, puis la conquête des Turques jusqu’à ce qu’ils finissent par rayé l’Islam et de même comme ce qu’il se passe souvent avec la conquête des Européens et des gens comme eux. Donc gardez en tête, Ô vous qui observez! Vraiment il y a une leçon dans cela pour quiconque a un cœur ou à qui on a donné l’ouïe et la vue!" – De sa lettre "Al-Dawa Al-'Ajaal", qui se trouve dans "Ar-Rasa'il As-Salafiyah", pp. 33-35.
Répondre en citant
  #18  
Ancien 18-04-08, 16:18
Invité
Invité
 
Messages: n/a
Par défaut

8. Shaykh Abdur-Rahman Ibn Hasan Aal ash-Shaykh (d. 1275H):

“Donc il devient clair avec ceci, que la Ayah (9:31) prouve que quiconque obéit à un autre qu’Allah et Son Messager et se détourne du Livre et de la Sunnah, concernant le fait de rendre Halal ce qu’Allah a rendu Haram ou de rendre Haram ce qu’Allah a rendu Halal, ou lui obéit dans la désobéissance à Allah ou encore le suit dans ce qu’Allah n’a pas permit, alors il l’a pris comme seigneur, comme chose que l’on adore et l’a mis comme associé avec Allah et ceci contredit le Tawhid qui est le Din d’Allah dont les mots du Ikhlaas: La Illaaha il-Allah, indique. (Ceci) car Ilaah est la chose, qui est adorée, et Allah ta’ala a nommé leur obéissance comme étant une adoration envers eux et les a appelés des seigneurs.

Tout comme Il, ta’ala a dit: ‘Et il ne vous a pas ordonné de prendre les anges et les Prophètes comme seigneurs…’ en d’autres termes, ‘…comme associés avec Allah dans Son adoration…’ – ‘Vous a-t-il ordonné de faire du Kufr après avoir été Musulmans? Et ceci est du Shirk car toute chose qui est adorée comme seigneur et toutes les choses auxquelles ont obéit ou que l’on suit sur autre que ce qu’Allah ou Son Messager ont légiféré, alors (cette chose) a été prise par celui qui lui obéit ou qui la suit comme seigneur et comme un objet d’adoration.

Et comme Il, ta’ala a dit dans la Sourate An’am: ‘Et si vous leur obéissez, alors vous êtes des Mushrikin.’ C’est le sens de cette Ayah et voici une Ayah du même sens: ‘Ont-ils pris des associés qui ont légiféré dans le Din ce qu’Allah n’a pas permis?’ Et Allah est le plus savant. – "Fath Al-Majid Sharh Kitab Al-Tawhid", Dar Al-Fikr, pp. 110-111.

Quiconque appelle à autre que la loi d’Allah et de Son Messager, est sorti de ce avec quoi est venu le Messager (alayhi salat wa salam), a préféré autre chose que ça, a donné un associé à Allah dans l’obéissance et a enfreint ce avec quoi est venu le Messager (alayhi salat wa salam) qui fait parti de ce qu’Allah le Très Haut lui a ordonné: ‘Et juge parmi eux d’après ce qu’Allah a fait descendre, ne suis pas leurs passions’ (Surah Al-Ma'idah, 49).

Donc quiconque enfreint ce qu’Allah a ordonné à son Messager (alayhi salat wa salam) en jugeant par autre que ce qu’Allah a envoyé, ou demande à suivre ses propres passions à briser le collier de l’Islam et du Iman qui était à son cou, même s’il prétend être Musulman." – "Fath Al-Majid Sharh Kitab Al-Tawhid", p. 292.

--------------------------------------------------------------------------------
9. Shaykh Abdul-Latif Ibn Abdur-Rahman Aal Ash-Shaykh (d. 1293H):

Lorsqu’il fut questionné concernant sur ce quoi jugent les Bédouins par rapport aux coutumes de leurs pères et de leurs grand-pères. "Devons nous appliquer le Takfir sur eux après leur avoir clarifié (qu’il n’est pas permis d’agir ainsi et qu’ensuite ils continuent)?”

Il a répondu, “Quiconque prend le jugement d’autre chose que le Livre d’Allah et la Sunnah de Son Messager après qu’il lui ait été clarifié (que ce n’est pas permis), est un Kaafir.
Il, ta’ala a dit:
‘Et quiconque ne juge pas d’après ce qu’Allah a révélé, est un Kâfirûn.'
(Et Il ta’ala a aussi dit) ‘Est ce autre chose que le Din d’Allah qu’ils cherchent?’
(Et Il ta’ala a aussi dit) ‘As tu vu ceux-là (les hypocrites) qui affirment qu’ils croient en ce qui t’a été envoyé, et en ce qui a été envoyé avant toi, et qui veulent prendre pour juge le Taghout alors que c’est en lui qu’on leur a ordonné de ne pas croire.’

Et les Aayaat dans ce sens sont nombreuses.” - "Dur'ur As-Saniyah fi'Al-Ajwibah An-Najdiyah", Vol. 8/241, Publié par Dar Al-Iftaa' bil Saudiyah, 1385 H

--------------------------------------------------------------------------------
10. Shaykh Hammad Ibn 'Atiq an-Najdi (d. 1301H):

”Et la quatorzième question concerne le fait de prendre le Hukm d’autre chose que le Livre d’Allah et de Son Messager. ” Ensuite il mentionne la Fatawa de Ibn Kathir de la Aayah: "Est-ce le Hukm de la Jahiliyah qu’ils recherchent ?", que nous avons rapporté plus haut. Ensuite il dit, ”Et de même il y a ce dans quoi sont tombés le peuple des Bédouins et ceux qui sont comme eux concernant le fait de prendre le Hukm selon les coutumes de leurs ancêtres et dans ce que leurs ancêtres ont établit parmi leurs traditions, qu’ils appellent ‘la Shari’ah de Rifawah’ il la place avant le Livre d’Allah et la Sunnah de Son Messager. Quiconque agit ainsi est un Kaafir et il est obligatoire de le combattre jusqu’à ce qu’il retourne au Hukm d’Allah et de Son Messager.” – "Majmoo'at At-Tawheed ", p. 412.

--------------------------------------------------------------------------------
11. Shaykh Ahmad Shaakir (d. 1377H):

“Regardez, Ô Musulmans, de tous les pays Islamiques ou des soi-disant pays Islamiques des quatre coins du Monde, ce que vos ennemis parmi les missionnaires et colons vous ont fait! Ils ont mis sur les Musulmans, des lois erronées, qui détruisent l’image (de l’Islam) et le Din. Les lois Européennes, qui ne sont d’autres que des idoles, qui n’ont jamais été basé sur la Shari’ah ou sur le Din, mais qui sont basées plutôt sur des lois forgées par les Kuffar qui ont refusé de croire au Messager de leur temps, Issa, alayhi salam.

…Et il est resté sur son paganisme avec ce qu’il a eu du Fisq et du Fujour (oppression). Cette personne était Justinien, le père des lois qui a établit la base – ils affirment donc – et un homme important d‘Egypte qui – en raison de l’oppression – s’attribut à l’Islam, et qui ne s’est pas senti honteux de traduire les lois de ce païen transgresseur et il l’a appelé ‘Le Code de Justinien’, insultant ainsi ‘Le Code de Maalik’, une encyclopédie de la Jurisprudence Islamique, qui se base sur le Livre et la Sunnah, et qui s’attribut à l’Imam du Dar Al-Hijjrah (i.e. Madinah)! Regardez donc le niveau d’absurdité, de turpitude et d’imprudence de cet homme!

Ces lois, que les ennemis de l’Islam ont imposé sur les Musulmans à cause de leur inimitié; en réalité c’est une autre religion et ils en font un Din pour les Musulmans en remplaçant leur vrai Din car ils leur ont imposé de le suivre et d’y obéir. Ils mettent dans les cœurs, l’amour et l’adoration envers ce [Din] au point de voir sur les langues et les plumes des mots comme, ‘La sainteté des jugements,’ ou ‘La sainteté des courts,’ ou encore ‘La sainteté des lois,’ et d’autres mots semblables, ou ils refusent de décrire avec la Shari’ah Islamique ou les opinions des Juristes de l’Islam! A la place, il l’a décrive (la Shari’ah Islamique) avec des mots comme, ‘Réactionisme’, ‘Stagnant’, ‘Prêtrise’, ou ‘la Shari’ah de la Jungle’ ou autre que ca parmi tous les mauvais mots que l’on voit dans les journaux, les magazines ou les livres modernes qui sont écrits par les suiveurs de ces païens.

Ensuite ils ont commencé à appeler ces lois (forgées) et les études de ces lois (forgées) comme 'Al-Fiqh,' 'Al-Faqi,' 'At-Tashri,' 'Al-Mushaara,' et d’autres mots que les ‘Ulama de l’Islam ont utilisé pour décrire la Shari’ah ainsi que ses ‘Ulama. Puis ils vont plus loin, jusqu’au point ou ils comparent le Din de l’Islam et sa Shari’ah avec leur Din moderne, et ce Din moderne est devenu la base ou les Musulmans prennent leur Hukm et ils jugent avec, dans la plupart des pays Islamiques, que ce soit dans quelque chose qu’ils suivent par coïncidence ou que ce soit [en croyant] obéir à l’ordre d’Allah et de son Messager.

Donc qu’ils le suivent ou qu’ils le contredisent; les deux sont dans la boue de l’égarement et ceci amène celui qui le suit au Feu et il n’est pas permis au Musulman de s’y soumettre ou d’en être satisfait." - "Umdaat At-Tafsir Mukhtaasir Tafsir Ibn Kathir of Ahmad Shaakir", Vol. 3/214-215.

“Avez vous vu cette forte description de Al-Haafidh Ibn Kathir – durant le huitième siècle – concernant les lois forgées, qui ont été faite par l’ennemi de l’Islam, Genghis Khan? Ne voyez vous pas que cela décrit la situation des Musulmans d’aujourd’hui, du quatorzième siècle? Juste à la différence que nous avons montré plus haut, qui est le fait qu’elles étaient dans un groupe particulier de gouverneurs, qui ont été détruit très rapidement. Ensuite elles ont été mêlées à la Ummah Islamique, et l’effet que cela a produit a disparu. Aujourd’hui les Musulmans sont dans une situation bien plus pire, bien plus sombre et bien plus sévère dans l’oppression. Ceci parce que la plupart de la Ummah Islamique de nos jours est mêlée avec les lois qui contredisent la Shari’ah, et qui sont similaires à ce 'Yasiq'.

Le sujet de ces lois forgées est clair comme la clarté du soleil. C’est du Kufr clair et il n’y a rien de caché concernant cela, il n’y a d’excuse pour personne qui s’attribut à l’Islam, quel qu’il soit, pour agir selon (ces lois), pour s’y soumettre ou pour les approuver. Donc chaque personne devrait prendre garde et toute personne n’est responsable que d’elle-même. Les ‘Ulama devraient clarifier la vérité et dire ce dont ils ont été ordonné de dire sans rien cacher.” – "Umdaat At-Tafsir Mukhtaasir Tafsir Ibn Kathir of Ahmad Shaakir", Vol. 4/173-174.
Répondre en citant
  #19  
Ancien 23-06-08, 23:20
ibrahim83 ibrahim83 est déconnecté
Membre Fidèle
 
Inscrit : 13-11-07
Messages: 114
Par défaut

Le statut de celui qui juge par autre de ce qu'Allah a révélé


Sheikh AbdulAziz ar Rajihi

Question :

Honorable Shaykh certains détenteurs de l'autorité jugent avec les lois forgés malgré qu'ils accomplissent la Salaat, ils appliquent par exemple cette loi sur le fornicateur. Est-ce que cela amène à la mécréance malgré qu'il ferait la prière?

Réponse :

Il y a en cela une explication du statut de celui qui ne juge pas avec ce qu'Allah a révélé, si il le rend licite ou qu'il voit que c'est permit celui la aura mécrut. Mais si il ne le rend pas licite celui la devient pervers et pécheur chez les gens de science, et on ne le juge pas mécréant sauf si après il le déclare et le rend licite.(trad)

Annotation :

Il faut précisé que le Sheikh fait référence a un juge musulman légale qui juge habituellement avec la chari'a et qu'une fois ou quelque chose comme ça il serait amené à ne pas juger par ce qu'Allah a révélé par passion ou pot de vin et sans revenir a un code ou autre. C'est a ce moment la qu'on applique le koufr douna kufr (moindre mécréance) mais parcontre si il penserait que c'est licite ce qu'il fait ou qu'il le permettrait ou quel est égal à la loi d'Allah, à ce moment la il sortirait de la religion et serait coupable d'une mécréance majeure. (Je me suis référé aux paroles et explications de Muhammed ibn Ibrahim al Cheikh et de Ali al Khoudayr pour cette annotation)


Et Allah demeure le plus savant



Source : site du Sheikh Rajihi الحكم بغير ما أنزل الله

Essai de traduction : Ibrahim Abu Abdillah




Allah a mis les combattants au-dessus des non combattants en leur accordant une rétribution immense[Sourate An-Nisâ' 4:95]
Répondre en citant
  #20  
Ancien 17-10-08, 10:33
ibrahim83 ibrahim83 est déconnecté
Membre Fidèle
 
Inscrit : 13-11-07
Messages: 114
Par défaut

L'association dans le jugement et l'obéissance

Chaykh Abdullah ibn AbdulAziz Al Jibrin




Ce type d'association revêt plusieurs formes :

a) Croire que la loi d'un autre qu'Allah est meilleur ou comparable à la loi d'Allah. C'est là une association majeure qui fait sortir son auteur de la religion, car il traite de mensonge ces paroles d'Allah :

Est-ce donc le jugement du temps de l'Ignorance (Jahiliyya, paganisme) qu'ils cherchent? Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme? (Sourate 5 verset 50)

Allah n’est-Il pas le plus sage des Juges (Sourate 95 verset 8)

C'est la une interrogation confirmative signifiant qu'Allah est le plus sage des juges et par conséquent, le jugement d'un autre que lui ne peut être meilleur ou égal à son jugement.

b) Croire qu'il est permis de juger avec une autre loi que celle révélée par Allah. C'est là une association majeure, car cela s'oppose formellement à la position du Qoran et de Sunna et à l'avis unanime des musulmans interdisant de juger en se référant à une autre loi que celle qu'Allah a révélée.

c) Instaurer une législation ou une autre loi contraire au Qoran et à la Sunna et s'en servir pour juger en croyant que c'est licite ou que cette loi est meilleure ou semblable au jugement d'Allah. C'est une association qui fait sortir son auteur de la relgion.

d) Juger selon les coutumes de ses parents et ancêtres ou les coutumes de sa tribu tout en sachant qu'elles sont contraires au jugement d'Allah, en croyant qu'elles sont meilleures ou équivalentes au jugement d'Allah et qu'il est permis de juger en se référant à elles. C'est là encore une association majeure qui fait sortir son auteur de la religion.

e) Obéir de son plein gré à ceux qui jugent selon les lois autres que celle d'Allah en faisant prévaloir leur parole sur la loi d'Allah, en étant mécontent du jugement d'Allah, ou en croyant qu'il est permis de juger selon une autre loi que celle d'Allah, ou que cette loi est meilleure que le jugement d'Allah, ou du moin comparable à ce dernier.

Ce même jugement est valable pour ceux qui suivent ou prennent pour sources juridiques les coutumes de la tribu qui sont contraires au jugement d'Allah tou en sachant qu'elles sont contraires à l'Islam, en croyant qu'il est permis de juger en s'y référant, ou qu'elles sont meilleures ou comparables à la loi d'Allah : tout cela est de l'association majeure, l'auteur d'un tel acte sort de l'Islam. La preuve en est ces paroles d'Allah :

Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, les voilà les mécréants (Sourate 5 verset 44)

Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie, comme Seigneurs en dehors d’Allah, alors qu’on ne leur a commandé que d’adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui! Gloire à Lui! Il est au-dessus de ce qu’ils [Lui] associent. » (sourate 9 verset 31)

Il est rapporté qu'Adi Ibn Hatim (qu'Allah soit satisfait de lui ) a dit : j'ai entendu le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) lire : "Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie, comme Seigneurs en dehors d’Allah, ." J'ai dit: " nous ne les adorions pas" Le Prophète a dit: " N'est ce pas qu'ils rendaient licite ce qu'Allah a interdit et que vous le considériez comme licite?" Si, répondis-je. " C'est cela leur adoration " conclut le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam)

Le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) a ainsi indiqué dans ce Hadith qu'obéir à ceux-là sur des points contraires à la loi d'Allah, c'est les adorer. Et Allah a mentionné à la fin du verset que cela constitue une association ; et que celui qui a de l'aversion pour la loi d'Allah est mécréant :

C’est parce qu’ils ont de la répulsion pour ce qu’Allah a fait descendre. Il a rendu donc vaines leurs œuvres. (Sourate 47, verset 9)

f) Appeler à la non-application de la loi d'Allah et exhorter à la mise en pratique de la loi séculière dans le but de combattre l'Islam et par haine pour cette religion, comme le font ceux qui invitent la femme à se dévoiler et à se mêler aux hommes étrangers dans les écoles et les lieux publics, ceux qui légalisent les transactions usuraires, interdisent la polygamie et ceux qui livrent toutes les autres formes de combat contre la loi d'Allah. Celui qui fait cela en sachant qu'il invite les gens au mal, nourrit vraisemblablement de l'admiration pour les infidèles et leurs lois, croit que celles-ci sont meilleures que la loi d'Allah et a de la répulsion pour l'Islam et ses lois. C'est une association, un acte de mécréance qui sort son auteur de la religion, même si en apparence, il se prétend musulman; c'est aussi une hypocrisie comme l'ont prouvé les références évoquées antérieurement. D'ailleurs, la situation ici est plus grave encore car il est pire d'inviter les gens au mal que de simplement le pratiquer.

Source: Tashil al Aquida al Islamiya (Précis de la croyance islamique), Chapitre 2 : le Shirk


ps : Le Chaykh Abdullah ibn AbdulAziz Al Jibrin est professeur à l'école normale supérieure de Ryad, on compte parmi ses cheikh le savant Abdurrahman al Barrak ainsi que Cheikh Abdullah Ibn Abdurrahman Ibn Jibrin -qu'Allah les préserve-.




Allah a mis les combattants au-dessus des non combattants en leur accordant une rétribution immense[Sourate An-Nisâ' 4:95]
Répondre en citant
Répondre


Utilisateurs lisant actuellement ce sujet : 1 (0 membre(s) et 1 visiteur(s))
 
Outils du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé

Navigation du forum

Sujets similaires
Sujet Auteur du sujet Forum Réponses Dernier message
eBook -> Les Lois Humaines [Abu Hamza el Misri] Institut Islamique 'Aqīdah et Tawhīd 0 14-03-13 14:08
Le statut des Lois humaines Al Dominikani 'Aqīdah et Tawhīd 7 26-02-12 23:43
Discours du Cheikh Chanqiti sur le fait de gouverner par les lois humaines La Tanière des Compagnons 'Aqīdah et Tawhīd 0 28-07-11 22:36
fawzan est-il toujours de de cette avis sur les lois humaines? abou-jihad 'Aqīdah et Tawhīd 2 31-05-11 16:38
Le mois de Safar dans le Coran et la Sounnah. Ibnoul ISLAM Minhāj 0 01-02-09 20:39


Fuseau horaire : GMT +2. Il est 16:33.


© Copyright Ansar al Haqq : Il est permis à tout visiteur d'utiliser et de montrer les articles du site « Ansar al Haqq.net » sans l'autorisation de l'auteur.
Cette autorisation implique la copie, la distribution, l'établissement d'une liaison entre le site et un document ou une traduction en toute langue, à condition de ne pas modifier le sens des textes.
Les discussions des forums ne représentent pas nécessairement les opinions et positions d'Ansar al Haqq.
L'équipe d'Ansar al Haqq n'est ni responsable ni liée aux opinions, liens et images qui se trouvent dans les discussions des membres.


Le forum Ansar al Haqq voit le jour depuis le 19 Décembre 2006 !